Alpha Condé sur RFI: «Si la France n’était pas intervenue, où en serait-on aujourd’hui ?» - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Grand reportage

 

  1. 12:40 TU Grand reportage
  2. 13:00 TU Journal
  3. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  4. 13:30 TU Journal
  5. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 14:00 TU Journal
  7. 14:10 TU Autour de la question
  8. 14:30 TU Journal
  9. 14:33 TU Autour de la question
  10. 15:00 TU Journal
  11. 15:10 TU Radio foot internationale
  12. 15:30 TU Journal
  13. 15:33 TU Radio foot internationale
  14. 16:00 TU Journal
  15. 16:10 TU Sessions d'information
  16. 16:30 TU Journal
  17. 16:33 TU Sessions d'information
  18. 16:40 TU Accents d'Europe
  19. 17:00 TU Journal
  20. 17:10 TU Décryptage
  21. 17:30 TU Journal
  22. 17:33 TU Sessions d'information
  23. 17:40 TU Débat du jour
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Grand reportage
  1. 12:30 TU Sessions d'information
  2. 13:00 TU Journal
  3. 13:10 TU Sessions d'information
  4. 13:30 TU Journal
  5. 13:33 TU Danse des mots
  6. 14:00 TU Journal
  7. 14:10 TU Autour de la question
  8. 14:30 TU Journal
  9. 14:33 TU Autour de la question
  10. 15:00 TU Journal
  11. 15:10 TU Radio foot internationale
  12. 15:30 TU Journal
  13. 15:33 TU Radio foot internationale
  14. 16:00 TU Journal
  15. 16:10 TU Sessions d'information
  16. 16:30 TU Journal
  17. 16:33 TU Sessions d'information
  18. 16:40 TU Accents d'Europe
  19. 17:00 TU Journal
  20. 17:10 TU La bande passante
  21. 17:30 TU Journal
  22. 17:33 TU Sessions d'information
  23. 17:40 TU La bande passante
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Grand reportage

Dernières infos

fermer

Afrique

Alpha Condé Coopération et Développement Guinée Mali

Alpha Condé sur RFI: «Si la France n’était pas intervenue, où en serait-on aujourd’hui ?»

media

Alpha Condé, chef de l’État guinéen, actuellement à Davos pour le Forum économique mondial, revient sur son soutien à l’intervention française au Mali, mais aussi sur les enjeux que représentent pour son pays des rendez-vous tels que celui de Davos. Propos recueillis par Mounia Daoudi.

RFI : Monsieur le président, vous venez de participer ici, à Davos, à une table ronde sur la situation au Mali. Quelles ont été les préoccupations de vos interlocuteurs ?

Alpha Condé : Je crois que, surtout, il s’agissait de savoir ce qu’il faut faire au Mali. Évidemment, s’il y a eu cette situation, c’est parce qu’il n’y a pas de régime démocratique en Afrique qui travaille pour le peuple africain. Mais pour le moment, le problème qui se pose, c’est le problème des terroristes.

Si la France n’était pas intervenue, où en serait-on aujourd’hui ? Parce que, il est évident que les terroristes auraient pris l’aéroport, ils auraient pris Bamako et toute l’Afrique de l’Ouest aurait été déstabilisée. Donc, il s’agit, à court terme, de résoudre le problème militaire. Et ensuite, de permettre l’installation d’un régime démocratique au Mali, mais surtout d’assister le peuple malien à la gestion du pays, y compris à la gestion des ressources économiques.

Justement, est-ce que vous avez senti un soutien à cette action militaire ? Neuf chefs d’État africains sont présents ici, à Davos, dont le président Jacob Zuma qu’on sent, quand même, un peu plus réticent. Est-ce que vous avez pu lui parler ?

Je pense que le président Zuma et moi on a de très, très bonnes relations. Nous avons été d’accord pour nous opposer à l’intervention étrangère en Libye, mais je crois que dans le cas du Mali, c’était une course de vitesse. Nous n’étions pas capables, en tant qu’Africains, de bloquer les terroristes. Seule la France l’a fait. Mais il faut que nous, on prenne maintenant la relève. Mais aussi que l’on convainque le monde entier, qu’après le Mali, des rebelles vont aller dans le désert. Et là, pour que l’Afrique ne soit pas un nouvel Afghanistan, il faut que les Américains, les Européens et tout le monde s’implique.

texte_de_l_infobulle

Évidemment, nous aurions souhaité que les problèmes soient résolus par l’Afrique, pas par un pays extérieur à l’Afrique. Mais aujourd’hui, nous nous félicitons tous de l’intervention française. Nous allons faire en sorte que, rapidement, les armées africaines se substituent à la France.

L'Afrique, plus que tout autre continent aujourd’hui, a besoin de démocratie, a besoin de gouvernements qui travaillent au profit des grandes couches les plus déshéritées, surtout les femmes et les hommes. Je pense que le problème du Mali, au-delà de la guerre, nous interpelle. Parce que les causes profondes c’est l’inégalité, c’est la mauvaise gouvernance.

Davos c’est un petit peu le rendez-vous de l’élite économique mondiale. Que vient-on chercher à Davos, quand on est un chef d’État africain ?

Quand on est un chef d’État, élu démocratiquement, la préoccupation c’est le développement du pays au profit des populations. Et pour cela, nous avons besoin d’attirer des investisseurs. Donc, nous devons être, en quelque sorte, des commis voyageurs qui doivent présenter nos pays, et attirer des investisseurs, afin d’améliorer les conditions de vie.

Parce que sans les investissements, sans développement de secteur privé, il est très difficile de trouver du travail pour les jeunes et d’améliorer les conditions de vie des populations. Donc, c’est une bonne occasion pour nous, d’attirer les investisseurs.

Il a, justement, il a été beaucoup question du déficit en infrastructures du continent. Vous-même, quand vous êtes arrivé au pouvoir, vous vous êtes engagé à améliorer le quotidien des Guinéens. Aujourd’hui, les attentes sont encore nombreuses dans ce domaine.

Oui, mais malheureusement, on avait un problème. Nous avons un PIB de cinq milliards et nous avons une dette de trois milliards cent millions. Donc, la priorité, c’était d’abord de sortir du PPTE (pays pauvres très endettés, ndlr). Donc, la macro-économie. Et c’est vrai que la macro-économie, c’est fondamental. Mais ça ne résout pas le problème des populations. C'est-à-dire, ça n’améliore pas l’assiette des guinéens.

Donc, nous avons dépassé le cap du PPTE. Maintenant, la politique que nous avons, c’est : comment améliorer les conditions de vie des populations. C'est-à-dire, comment améliorer l’assiette de Guinéens. Et ça, cette étape, nous en sommes aujourd’hui – malgré toutes les difficultés – nous sommes certains qu’après les élections législatives, la Guinée va aller très vite.

Justement, la Guinée a signé au mois de décembre, avec l’Union européenne, une convention pour l’obtention du dixième FED (fonds européen de développement). Donc ce fonds qui va vous permettre d’engager des travaux d’urgence. Mais le déblocage de cette aide est soumis à la tenue effective d’élections législatives. Or, aujourd’hui, en Guinée il y a un problème. C’est le problème du fichier électoral. L’opposition conteste ce fichier électoral. Que comptez-vous faire ?

Non !... Je crois que vous êtes en retard ! Le fichier – la Céni [Commission électorale nationale indépendante, ndlr] est en train de faire le pré-affichage du fichier électoral – tous les électeurs qui ont voté au premier tour sont déjà sur le fichier. Et le fichier est déjà en train d’être affiché, pour que les gens viennent voir s’il y a leurs noms. Donc, dans quelques jours, nous allons commencer la révision, pour compléter ceux qui n’avaient pas été sur la liste.

Le problème du fichier ne se pose plus, puisqu’il est déjà en train d’être affiché, et que tout le monde se retrouve dedans. Que ce soit à la fois numérique ou biométrique, le problème est résolu, puisque non seulement on les a transférés, mais on les a imprimés.

Les gens sont en train de voir, maintenant, ceux qui ne sont pas inscrits. Parce que nous avons, à cause de l’impôt de capitation, beaucoup de gens qui ne s’inscrivaient pas. Aujourd’hui, moi, je surveille l’impôt. Donc, c’est ceux qui ne sont pas sur la liste qui vont s’inscrire. Et c’est ce en quoi va consister la révision complémentaire pour aller aux élections.

Et les élections sont maintenues pour le mois de mai ?

Ça, c’est la Céni qui décide. Moi, la seule obligation que j’ai, c’est de convoquer les élections, soixante-dix jours avant. Je suis certain que la Céni tiendra cette date et que je pourrai convoquer les élections soixante-dix jours avant.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.