Republier
Togo

Togo: le procureur dénonce une vaste entreprise criminelle pour les incendies des marchés de Kara et Lomé

Le 12 janvier 2013, un incendie a ravagé le grand marché de Lomé.
© REUTERS/Noel Kokou Tadegnon

Le procureur de la République est sorti de son silence à Lomé, pour indiquer que 17 personnes ont été interpellées, parmi lesquelles douze membres du parti de l'opposant Jean-Pierre Fabre, l'Alliance nationale pour le changement (ANC). Un parti dont les responsables restent perplexes.

Les incendies successifs des marchés dans les villes de Kara (nord) et de Lomé, la capitale, seraient le résultat d'une vaste entreprise criminelle, selon Essossimna Poyodi, le procureur de la République du Togo. 

Les circonstances des deux incendies et le mode opératoire apparemment suivi par des criminels sont les mêmes, affirme-t-il. La commission d’enquête qu’il préside poursuit activement ses travaux. 

« Au jour d'aujourd'hui, les investigations ont permis d'interpeller plusieurs personnes présumées d'avoir participé à ces destructions et tentatives de destruction volontaires des biens publics et privés, par incendie. » 

Parmi les 17 personnes interpellées figure Gérard Adja, premier vice-président de l'Organisation pour bâtir dans l'union un togo solidaire (Obuts), une association politique. Il a terminé le premier les douze jours de garde à vue, jeudi 24 janvier, et été présenté à un juge tard dans la nuit du 23 au 24 janvier. Parmi les autres se trouvent douze membres de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), le parti d'opposition mené par Jean-Pierre Fabre. 

Un parti dans lequel on s'interroge toujours, comme en témoigne Patrick Lawson, le premier vice-président de l’ANC  : « Comment nous qui nous refusons de détruire les symboles de la dictature, nous allons nous attaquer à ce qui constitue l'espoir, ou l'espérance dont se nourrissent les femmes togolaises aujourd'hui ?  »

Deux experts de la police scientifique française ont commencé à travaillé à Kara, après s'être penchés sur l'incendie du marché de Lomé cette semaine. Leur enquête devrait faire la lumière sur les méthodes et les moyens utilisés. Mais il n'est pas sûr qu'ils disent qui a mis le feu aux deux marchés, ce qu'attendent les Togolais. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.