Incendies des marchés de Kara et Lomé au Togo: les premiers éléments de l’enquête révélés - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Grand reportage

 

  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU La bande passante
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU La bande passante
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Accents d'Europe
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Danse des mots
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Autour de la question
  19. 23:30 TU Journal
  20. 23:33 TU Autour de la question
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU Couleurs tropicales
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU Couleurs tropicales
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Radio foot internationale
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Radio foot internationale
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal
Urgent

Cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), enlevés le 8 février dans le nord du Mali par un groupe terroriste, ont été libérés grâce à une opération militaire, a annoncé jeudi l'Elysée.
«Ils sont en bonne santé», peut-on lire dans un communiqué commun des présidences française et malienne. «Leur libération s'est effectuée dans le cadre d'une action des forces armées françaises conduite ce matin au nord de Tombouctou.»

fermer

Afrique

Togo

Incendies des marchés de Kara et Lomé au Togo: les premiers éléments de l’enquête révélés

media

Deux semaines après les incendies des marchés de Kara et de Lomé, le ministre de la Sécurité révèle les premiers éléments de l’enquête. Dix-sept personnes ont déjà été interpellées. Des dirigeants du collectif Sauvons le Togo sont désignés comme étant les responsables. Ils sont accusés d'avoir voulu saper le moral des concitoyens et saboter l’économie du pays.

Le ministre de la Sécurité est formel : il s'agit d'un acte criminel perpétré pour saper le moral des concitoyens et saboter l’économie du pays. Pour planifier la destruction des marchés, selon le ministre, les organisateurs ont tenu deux réunions au siège de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Pour passer à l’acte, ils ont bénéficié de la complicité de certains vigiles qui détenaient les clés du marché.

Certains ont été pris, d’autres sont en cavale. « Ces personnes ont été interpellées suite à des informations obtenues, d'abord sur leur participation à des réunions préparatoires destinées à planifier les crimes. Ensuite, sur les rendez-vous qu'ils se sont fixés en vue de coordonner et superviser les opérations. Enfin, sur leur implication dans la destruction par le feu et tentative de destruction des édifices publics, voire privés », rapporte le colonel Yark Damhane, ministre de la Sécurité.

Côté opposition, la réaction ne s’est pas fait attendre : il faut aller chercher les auteurs des incendies ailleurs, affirme Patrick Lawson, vice-président de l'ANC. « Si ça avait été nous, nous nous serions à la limite attaqués aux symboles de la dictature. Même ça, nous avons dit que nous ne le ferions pas, parce que nous voulons la paix dans notre pays. Pourquoi aller s'attaquer alors à un marché ? », se défend Patrick Lawson.

La mission des deux experts français est terminée. Leurs conclusions seront remises aux autorités togolaises qui les rendront public quand elles le jugeront opportun.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.