Mali : après Gao, les forces françaises et maliennes avancent vers Tombouctou - Afrique - RFI

 

  1. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Sessions d'information
  10. 12:30 TU Journal
  11. 12:33 TU Sessions d'information
  12. 12:40 TU Orient hebdo
  13. 13:00 TU Journal
  14. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  15. 13:30 TU Journal
  16. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  17. 14:00 TU Journal
  18. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 14:30 TU Journal
  20. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  21. 15:00 TU Journal
  22. 15:10 TU Si loin si proche
  23. 15:30 TU Journal
  24. 15:33 TU Si loin si proche
  25. 16:00 TU Journal
  1. 10:00 TU Journal
  2. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  3. 10:30 TU Journal
  4. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  5. 11:00 TU Journal
  6. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  7. 11:30 TU Journal
  8. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  9. 12:00 TU Journal
  10. 12:10 TU Afrique presse
  11. 12:30 TU Sessions d'information
  12. 13:00 TU Journal
  13. 13:10 TU La marche du monde
  14. 13:30 TU Journal
  15. 13:33 TU La marche du monde
  16. 14:00 TU Journal
  17. 14:10 TU Atelier des médias
  18. 14:30 TU Journal
  19. 14:33 TU Atelier des médias
  20. 15:00 TU Journal
  21. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  22. 15:30 TU Journal
  23. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  24. 16:00 TU Journal
  25. 16:10 TU Si loin si proche

Dernières infos

  • Yémen: à Sanaa, trois morts lors d'une attaque des rebelles chiites houthis contre une permanence sunnite (sécurité)
  • L'ensemble du Bangladesh victime d'une panne d'électricité géante (gouvernement)
  • Egypte: explosion d'une bombe au Caire, trois blessés (ministère de l'Intérieur)
  • Mogadiscio: attentat à la voiture piégée dans la capitale somalienne, au moins une personne tuée (police)
  • Nouvelle Commission européenne: «Maintenant, il faut relever nos manches et se mettre au travail» (communiqué Juncker)
fermer

Afrique

AQMI Défense France Mali MNLA Mujao Niger Tchad Terrorisme

Mali : après Gao, les forces françaises et maliennes avancent vers Tombouctou

media

A peine plus de deux semaines après le début de l’intervention française au Mali, le ministère de la Défense a annoncé le samedi 26 janvier la libération de Gao. Cette ville était depuis presque neuf mois aux mains des islamistes armés. Elle est, avec Kidal et Tombouctou, l’une des trois principales villes du nord du Mali. Après cette première victoire d’importance pour l’armée française, les soldats maliens et leurs alliés africains, l'objectif est d'arriver rapidement à Tombouctou.

Voici le dernier point sur la situation au Mali:

Après avoir pris pied à Gao, hier, les forces françaises et maliennes sont maintenant en route pour Tombouctou. Dès le samedi 26 janvier, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault avait commencé à évoquer cette avancée. Ce dimanche matin, des sources militaires maliennes assurent que la progression est rapide.

D'autres sources, une source sécuritaire malienne et un élu local font de leur côté état de frappes aériennes sur Kidal, au nord-est. Kidal est un autre point stratégique. C'est le fief du mouvement Ansar Dine, dirigé par Lyad Ag Ghaly, qui possède d'ailleurs une maison dans la région.

Gao sous contrôle

Sadou Diallo, maire de Gao, revient sur ses terres 11/10/2013 - par France 2 écouter

Les militaires maliens et français contrôlent depuis le samedi 26 janvier au matin deux positions stratégiques, l’aéroport situé à six kilomètres à l’est de la ville et le pont qui enjambe le fleuve Niger. Le porte-parole de l'état-major des armées françaises a indiqué ce dimanche 27 janvier au matin que des soldats maliens, tchadiens et nigériens étaient en cours de déploiement dans la ville.

Ces forces africaines, toujours selon le porte-parole, ont pu se poser sur l'aéroport de la ville et la prise de contrôle de Gao est en cours. Il est cependant difficile de savoir ce qui se passe dans le centre. Les lignes de téléphone sont en effet toujours coupées et tout le monde s’inquiète de la présence possible de jihadistes cachés au sein de la population. Ces derniers cependant, pour la majorité d'entre eux, ont fui en brousse depuis plusieurs jours. Selon nos informations, le calme régnait cette nuit mais des rumeurs font état de pillages.

Les forces spéciales françaises sont entrées les premières, appuyées par les soldats maliens, dans la nuit de vendredi à samedi. Une force sécuritaire affirme que 15 combattants islamistes seraient morts lors de combats. L’armée française parle d’escarmouches, d’actes de guérilla, de combats à l’entrée de la ville.

Pont aérien

Un signe en tout cas que l’offensive franco-malienne a été efficace : samedi en début d'après-midi, un pont aérien se mettait en place depuis Niamey au Niger pour acheminer des renforts tchadiens, nigériens et maliens avec notamment des hommes du célèbre colonel Alhaji Ag Gamou. Ce sont ces militaires qui auront visiblement la charge de se déployer pour sécuriser les différents quartiers de la célèbre cité.

Symbole de communication de guerre pour marquer cette opération de libération : un avion militaire français s’est posé samedi soir. A son bord, en provenance de Bamako, le maire de Gao, Sadou Diallo, qui portait fièrement son écharpe aux couleurs du Mali.

Le contrôle total de cette ville, qui a été un temps tenue par les touaregs du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), puis par les hommes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), serait bien évidemment une victoire importante et symbolique dans la reconquête du nord du Mali.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.