La Côte d'Ivoire et le HCR ensemble pour lutter contre l'apatridie - Afrique - RFI

 

  1. 19:00 TU Journal
  2. 19:10 TU Ici l'Europe
  3. 19:30 TU Journal
  4. 19:40 TU Sessions d'information
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU La bande passante
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU La bande passante
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Couleurs tropicales
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Couleurs tropicales
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Ici l'Europe
  17. 23:30 TU Journal
  18. 23:33 TU Danse des mots
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Musiques du monde
  25. 20:30 TU Journal
  1. 19:00 TU Journal
  2. 19:10 TU Accents du monde
  3. 19:30 TU Journal
  4. 19:40 TU Débat du jour
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU La bande passante
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU La bande passante
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Radio foot internationale
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Radio foot internationale
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  17. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique


La Côte d'Ivoire et le HCR ensemble pour lutter contre l'apatridie

media

Le gouvernement ivoirien et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ont signé le 28 janvier un accord de partenariat qui a pour objectif de résoudre le problème de ceux qui ne peuvent prouver leur nationalité. Ils seraient 400.000 en Côte d'Ivoire. Le ministre ivoirien de la Justice a salué l’appui logistique du HCR, avec la mise à disposition de moyens informatiques et la fourniture de registres de naissance et de moyens pour organiser des audiences foraines d'identification.

Selon Gnénéma Mamadou Coulibaly, l’apatridie est « un problème très important » et « un seul cas » justifierait que l’Etat de Côte d’Ivoire réagisse. Le ministre ivoirien des droits de l'homme s'en explique :

« Cela concerne à la fois des populations originaires de Côte d’Ivoire comme d’autres qui ont pu s’installer en Côte d’Ivoire depuis belle lurette. La question de l’état-civil en Côte d’Ivoire était à un niveau de résolution satisfaisant avant la crise. Il restait généralement que les populations des zones rurales où les distances entre les campements et les sièges des administrations qui établissent les actes de naissance constituaient par moment quelques difficultés pour que les enfants soient déclarés dès leur naissance ».

« C’est pourquoi, poursuit Gnénéma Mamadou Coulibaly, le gouvernement a, dans un premier temps, prorogé les délais pour déclarer légalement les naissances, . Nous avons fait une évolution de quinze jours à trois mois puis ensuite, la guerre est venue ravager une bonne partie des archives et des moyens de production de ces actes dans la zone centre-nord-ouest, comme on disait par le passé. Tout cela a remis au goût du jour la question de la preuve du lien juridique existant entre tous ceux qui vivent dans ces zones là et l’Etat de Côte d’Ivoire ».

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.