Mali : les touaregs du MNLA revendiquent le contrôle de Kidal - Afrique - RFI

 

  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Sessions d'information
  18. 12:30 TU Journal
  19. 12:33 TU Sessions d'information
  20. 12:40 TU Grand reportage
  21. 13:00 TU Journal
  22. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  23. 13:30 TU Journal
  24. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  25. 14:00 TU Journal
  1. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  2. 08:30 TU Journal
  3. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  4. 09:00 TU Journal
  5. 09:10 TU Priorité santé
  6. 09:30 TU Journal
  7. 09:33 TU Priorité santé
  8. 10:00 TU Journal
  9. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  10. 10:30 TU Journal
  11. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  12. 11:00 TU Journal
  13. 11:15 TU Sessions d'information
  14. 11:30 TU Journal
  15. 11:33 TU Sessions d'information
  16. 12:00 TU Journal
  17. 12:10 TU Grand reportage
  18. 12:30 TU Sessions d'information
  19. 13:00 TU Journal
  20. 13:10 TU Sessions d'information
  21. 13:30 TU Journal
  22. 13:33 TU Danse des mots
  23. 14:00 TU Journal
  24. 14:10 TU Autour de la question
  25. 14:30 TU Journal
fermer

Afrique

Ansar Dine Mali MNLA

Mali : les touaregs du MNLA revendiquent le contrôle de Kidal

media

Plus au nord du Mali, à Kidal, les rebelles touaregs du MNLA ont annoncé le 28 janvier qu'ils contrôlaient la ville. Un moyen pour le Mouvement national de libération de l'Azawad replié depuis des semaines aux frontières du nord du Mali de montrer qu'il a bien pris ses distances vis-à-vis des groupes terroristes.

Une vingtaine de véhicules aux couleurs du MNLA ont pris position à Kidal le 28 janvier. Aucun coup de feu n'a été tiré. Le MNLA a dit vouloir contrôler la ville tenue jusque là par les islamistes. Amberry Ag Rissah appartient au MNLA. Il vit à Kidal. Pour lui les islamistes se font très discrets ces jours-ci et de nombreux jeunes ont fait défection des rangs d'Ansar Dine : « Il y a bien des ralliements. Ils sont partis à l’aventure parce qu’ils avaient des intérêts matériels, pas idéologiques. Ils ont pris conscience de l’aventure sans issue dans laquelle on les a engagés ».

Du côté de la direction du MNLA, on souhaite faire passer un message à la communauté internationale. Le MNLA est prêt à lutter aux côtés de la France contre les terroristes, tous les terroristes de la zone. Ibrahim Ag Mohamed Assaleh chargé des relations extérieures du mouvement déclare : « Nous voulons bien coordonner nos efforts avec l’opération Serval dans la lutte contre les terroristes qui sont à Kidal, Gao ainsi que Tombouctou. On tient à vous informer qu’à quelques kilomètres de Gao au sud et à l’est de la ville, il y des poches de terroristes qui sont restés là-bas avec tout leur matériel militaire. Dans la région de Kidal, la plus grande partie des terroristes est passée dans la zone de Teghar-gharet , des montagnes qui sont au nord-ouest de Kidal à quelques kilomètres de la ville d’Aguelhok ».

Le MNLA qui souhaite jouer les bons élèves auprès de la communauté internationale mais aussi auprès de Bamako : dans un communiqué publié lundi , le MNLA demande au Mali l'ouverture de négociations dans le cadre du respect de l'intégrité territoriale du Mali.

Le MIA, la branche dissidente d'Ansar Dine, affirme assurer le contrôle de Kidal avec le MNLA. Ce dernier dément fermement.

Par ailleurs, deux jours après la reconquête de Gao, ses habitants sont soulagés voire heureux, comme en témoigne Ibrahim Touré, président de l'AMDH, l'Association malienne des droits de l'homme.

La joie des villageois à Gao est indescriptible.
Ibrahim Touré Président de l'AMDH, Association malienne des droits de l'homme 11/10/2013 - par Cyril Bensimon écouter


Ibrahim Touré affirme également que, contrairement aux craintes de la Cour pénale internationale, il n'y a eu aucune exaction à Gao, contre les populations touarègues et arabes, suspectées de complicité avec les combattants islamistes.

Il n'y pas eu de représailles à Gao.
Ibrahim Touré Président de l'AMDH 11/10/2013 - par Cyril Bensimon écouter

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.