La prise de Kidal: une nouvelle étape dans le conflit au Mali - Afrique - RFI

 

  1. 02:10 TU 7 milliards de voisins
  2. 02:30 TU Journal
  3. 02:33 TU 7 milliards de voisins
  4. 03:00 TU Journal
  5. 03:10 TU Sessions d'information
  6. 03:30 TU Sessions d'information
  7. 04:00 TU Journal
  8. 04:15 TU Sessions d'information
  9. 04:30 TU Journal
  10. 04:34 TU Sessions d'information
  11. 04:40 TU Accents d'Europe
  12. 05:00 TU Journal
  13. 05:15 TU Sessions d'information
  14. 05:30 TU Journal
  15. 05:34 TU Sessions d'information
  16. 05:37 TU Grand reportage
  17. 05:57 TU Sessions d'information
  18. 06:00 TU Journal
  19. 06:15 TU Sessions d'information
  20. 06:30 TU Journal
  21. 06:40 TU Sessions d'information
  22. 06:50 TU Sessions d'information
  23. 06:58 TU Sessions d'information
  24. 07:00 TU Journal
  25. 07:15 TU Sessions d'information
  1. 02:10 TU 7 milliards de voisins
  2. 02:30 TU Journal
  3. 02:33 TU 7 milliards de voisins
  4. 03:00 TU Journal
  5. 03:10 TU Sessions d'information
  6. 03:30 TU Sessions d'information
  7. 04:00 TU Journal
  8. 04:15 TU Sessions d'information
  9. 04:30 TU Sessions d'information
  10. 05:00 TU Journal
  11. 05:15 TU Sessions d'information
  12. 05:30 TU Sessions d'information
  13. 06:00 TU Journal
  14. 06:15 TU Sessions d'information
  15. 06:30 TU Journal
  16. 06:43 TU Sessions d'information
  17. 07:00 TU Journal
  18. 07:15 TU Sessions d'information
  19. 07:30 TU Sessions d'information
  20. 08:00 TU Journal
  21. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  22. 08:30 TU Journal
  23. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  24. 09:00 TU Journal
  25. 09:10 TU Priorité santé
fermer

Afrique

France Islam Mali

La prise de Kidal: une nouvelle étape dans le conflit au Mali

media Soldats français au Mali REUTERS/Joe Penney

Après Gao et Tombouctou lundi, l’armée française poursuit la reconquête du nord du Mali. Les troupes françaises ont atterri dans la troisième capitale régionale du territoire, Kidal. Cette nouvelle étape ne ressemble cependant pas aux précédentes : l’armée française, cette fois, est arrivée seule dans ce qui était jusqu'à aujourd'hui un bastion islamiste pendant plusieurs mois. Sur le front politique, la feuille de route présentée à Bamako le 25 janvier a été votée par les 139 députés présents.

Les hélicoptères et les avions qui se sont posés dès mardi 29 janvier au soir à Kidal transportaient des militaires français, aucun Malien.

Cette particularité explique la suivante : Kidal n’a pas été à proprement parler « reconquise » puisqu’il n’y a pas eu de combats, et il n’était apparemment pas prévu qu’il y en ait. Et pour cause : le MNLA, le Mouvement national de libération de l’Azawad, affirmait depuis lundi qu’il contrôlait la ville et qu’il en avait chassé les islamistes.

Il semble que les Français se contentent, pour le moment en tous cas, de sécuriser Kidal, sans chercher à en chasser les indépendantistes touaregs, qui sont là dans leur fief historique. Dimanche, l’armée malienne avait annoncé que des bombardements avaient eu lieu dans la zone. Des bombardements français annoncés par les Maliens et jamais officiellement confirmés par Paris.

Incompréhension du côté de l’armée malienne

Les militaires maliens n'étaient même « pas au courant » de l'initiative française, « en tous cas pas au niveau de l'Etat major ». C’est un militaire malien qui parle, proche du commandement de l’armée nationale. « C'est très bizarre », ajoute-t-il, même s’il préfère attendre de mieux « comprendre la situation » avant de « juger des intentions » des Français, auxquelles il avoue pour le moment « ne rien comprendre ».

Du côté de la présidence, ainsi que du ministère de la Communication, ce sont les mêmes mots qui reviennent : « aucune information », « pas au courant ». Hier soir, l’armée française a pris le contrôle de l’aéroport de Kidal, sans associer de troupes maliennes ni ouest-africaines. Des bataillons tchadiens et nigériens, partis de Gao et de Bourem, seraient cependant en route pour Kidal, signale-t-on côté malien.

Feuille de route

Sur le front politique, à Bamako, la feuille de route présentée vendredi 25 janvier en conseil des ministres a été adoptée mercredi par le Parlement. Elle a été votée par les 139 députés présents, et elle fixe les priorités politiques de la transition.

Dans l’ordre : la libération du Nord et l’ouverture de négociations avec les groupes armés, mais uniquement avec ceux « qui ne mettent en cause ni l’intégrité territoriale du pays, ni la laïcité de l’Etat ». Second objectif : « L’organisation d’élections générales, transparentes et crédibles », dont le calendrier « reste tributaire de la libération des zones sous occupation ». Pour fixer une date précise, on attend donc la libération complète du territoire.

A noter aussi dans cette feuille de route : le retour des réfugiés, qui ont fui l’occupation et les combats dans les pays voisins, le retour rapide également de l’administration dans les zones libérées, ou encore « la lutte contre les exactions et autres arrestations extra-judiciaires ».

Il s’agit là d’une double allusion particulièrement importante : d’abord aux exactions commises sur la population civile, notamment par des éléments de l’armée ou de la gendarmerie. Ensuite à ces militaires proches de l’ancien président, les bérets rouges, qui ont été enlevés et emprisonnés, pour ceux qui n’ont pas été tués, par les militaires de la junte à l’origine du coup d’Etat du mois de mars dernier.

Une ligne de conduite qui ne comporte donc rien d’inattendu, mais qui reste cependant assez ambitieuse.

Tombouctou reprend vie

Dans la ville mythique du Nord, Tombouctou, la population, après des mois de privations et d'interdits de toutes sortes imposés par la loi coranique retrouve les petits plaisirs du quotidien : cigarettes, musique, télévision...

Se réunir autour d'un thé, «être au grain» comme on dit au Mali, était mal vu des islamistes. Bonheur retrouve ce petit plaisir
Les petits plaisirs retrouvés 11/10/2013 - par Guillaume Thibault écouter

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.