Explosions de Mpila: les inculpés renvoyés devant la chambre d'accusation - Afrique - RFI

 

  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:43 TU Sessions d'information
  5. 07:00 TU Journal
  6. 07:10 TU Une semaine d'actualité
  7. 07:30 TU Journal
  8. 07:33 TU Une semaine d'actualité
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Atelier des médias
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:33 TU Atelier des médias
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:10 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 11:40 TU Orient hebdo
  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:43 TU Sessions d'information
  5. 07:00 TU Journal
  6. 07:10 TU Sessions d'information
  7. 07:30 TU Sessions d'information
  8. 07:43 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Archives d'Afrique
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Archives d'Afrique
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  25. 12:00 TU Journal
fermer

Afrique

Congo-Brazzaville

Explosions de Mpila: les inculpés renvoyés devant la chambre d'accusation

media

Le procès contre les 23 militaires inculpés au Congo dans l'affaire des explosions qui ont fait près de 300 morts en mars 2012, n'a donc pas eu lieu en janvier comme le gouvernement le prévoyait. La Cour suprême a renvoyé ce jeudi 31 janvier leur dossier, ainsi que celui de l'ancien ministre de la Défense, Charles Zacharie Bowao, devant la chambre d'accusation, qui s'était déjà déclarée incompétente de les juger. Les avocats de la défense dénoncent un cafouillage.

L'ambiance était un peu inhabituelle ce jeudi 31 janvier devant le tribunal de Brazzaville. Les agents de l'ordre ont filtré les entrées pour des raisons de sécurité. La salle où la Cour suprême a rendu son arrêt définitif était occupée à moitié. Le président de cette Cour, Placide Lenga, a indiqué qu'il renvoyait le dossier des militaires inculpés dans l'affaire des explosions devant la chambre d'accusation. L'arrêt de cette chambre par lequel elle s'était déclarée incompétente de juger l'affaire a par là-même été cassé et annulé.

La chambre d'accusation doit dire s'il existe suffisamment de charges contre les prévenus, précise l'arrêt de la Cour suprême. Celui-ci annule également l'inculpation de l'ancien ministre de la Défense, le professeur Charles Zacharie Bowao, mais le renvoie aussi devant cette même chambre d'accusation.

Les avocats de la défense n'ont pas souhaité commenter la décision aussitôt. L'un d'eux l'a tout de même qualifiée de « cafouillage ». Une source judiciaire a indiqué à RFI qu'au moins deux des vingt-trois militaires arrêtés ont été transférés dans une prison du nord du pays pour des raisons de sécurité.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.