Mali : premier vendredi libre pour prier à Tombouctou - Afrique - RFI

 

  1. 21:10 TU Accents d'Europe
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Danse des mots
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Autour de la question
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Autour de la question
  10. 21:10 TU Accents d'Europe
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Danse des mots
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Autour de la question
  17. 23:30 TU Journal
  1. 21:10 TU Radio foot internationale
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Radio foot internationale
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  8. 23:30 TU Journal
Urgent

Il s’agit d’une petite fille âgée de 2 ans, originaire de la ville de Kayes, dans l’ouest du pays. Elle revenait de Guinée. Sa famille l’a amenée spontanément à l’hôpital après les premiers symptômes. Les analyses ont confirmé, ce jeudi 23 octobre, qu’elle était porteuse du virus Ebola.

fermer

Afrique

Mali

Mali : premier vendredi libre pour prier à Tombouctou

media

Cela fait dix mois que les habitants de Tombouctou attendaient ce moment, à savoir le premier vendredi libre pour prier comme tout bon musulman. Dans la mosquée historique de Djingareyber, l’imam Abdramane Ben Essayouti a lancé, ce vendredi 1er février, un appel à « la retenue » et à « l’arrêt des pillages » dans son premier prêche depuis la « libération » de la ville par les forces françaises et maliennes.

Avec notre envoyé spécial à Tombouctou

Pas moins de 500 fidèles se sont présentés aux portes de la mythique mosquée de Djingareyber.

Dans son prêche, l’iman Abdramane Ben Essayouti a prôné la tolérance et mis en garde ceux qui volent dans les maisons des jihadistes ou des Tombouctiens qui sont partis. « Il faut qu’ils soient tolérants. L’islam a toujours prôné la tolérance. Les biens mal acquis ne profitent à personne. Qu’ils arrêtent les pièges », a-t-il déclaré au micro de RFI.

En début de semaine, des dizaines de boutiques appartenant à des membres de la communauté arabe, accusés d’avoir soutenu les islamistes, ont été pillés par une foule en colère, après l’entrée, sans combat, des soldats français et maliens en ville.

« Un symbole de libération »

Durant l’occupation islamiste, peu de Tombouctiens assistaient au prêche du vendredi. Aujourd’hui, Cissé, est revenu prier, librement.

Aujourd’hui, nous sommes très contents. Nous prions à l’aise.
Cissé, un des fidèles, venu prier à la mosquée. 11/10/2013 - par Guillaume Thibault écouter

De son côté, Baba, le couturier, a attendu ce jour particulier pour raser la barbe que les jihadistes imposaient. « J’ai attendu encore une semaine pour profiter de ce vendredi saint et me débarrasser de la barbe, parce que ce n’est pas une obligation. C’est tout un symbole, pour moi. Symbole de libération, de légèreté et symbole de liberté », a-t-il souligné au micro de RFI.

L’imam de la grande mosquée, silencieux pendant l’occupation pour protéger la population, a retrouvé, ce midi, son aura. Il aura un rôle fondamental dans le futur, notamment dans les relations entre les communautés.

Ouverture de la première école

Ce vendredi a également été marqué par un autre symbole, celui de l’ouverture de la première école. L’école de Fondogoumo a ouvert ses portes, ce matin, à Tombouctou. Les enfants étaient très nombreux et la directrice, Shabane Echetou Amadou, ravie.

Ces élèves nous ont beaucoup manqués.
Shabane Echetou Directrice de l’école de Fondogoumo, à Tombouctou. 11/10/2013 - par Guillaume Thibault écouter


 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.