L'ONU envisage le déploiement de 5000 casques bleus au Mali


©

Une force militaire devra-t-elle rester sur place au Mali après la fin de l’offensive française ?  La question est plus que jamais à l'ordre du jour. La solution la plus probable discutée en ce moment au Nations unies est celle d’un contingent de casques bleus, jusqu’à 5 000 hommes, pour stabiliser le nord du pays. Si son déploiement a lieu, les Africains y occuperont sans doute une large place.

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Pour les diplomates de l’ONU, la philosophie de la résolution 2085 selon laquelle c’est aux Africains de régler la crise malienne ne tient plus. Plutôt que de déployer une force sous le seul commandement africain, la Misma, le Conseil de sécurité veut envoyer des casques bleus.

Il s’agit d’une reprise en main de la force internationale directement par l’ONU. Cette force ne sera déployée qu’une fois l’opération Serval terminée. Elle aura pour mission d’empêcher le retour des islamistes, mais aussi d’éviter les représailles contre les Touaregs.

Le déploiement de ce contingent de casques bleus sera discuté dans les prochains jours avec l’Union africaine, la Cédéao et le Mali. Il pourrait compter jusqu’à 5 000 hommes. Les Africains y occuperont sans doute une large place. La question se pose du rôle des forces françaises. Si des soldats français restent au Mali, deux options sont envisagées : il s'agira soit d'un contingent français indépendant sur le modèle de la force Licorne en Côte d'Ivoire, soit d'un bataillon français intégré aux casques bleus. Une option plus acceptable sur le plan politique, mais militairement moins efficace.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.