Le président français attendu samedi au Mali - Afrique - RFI

 

  1. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  2. 11:00 TU Journal
  3. 11:10 TU Internationales
  4. 11:30 TU Journal
  5. 11:32 TU Internationales
  6. 12:00 TU Journal
  7. 12:10 TU Sessions d'information
  8. 12:30 TU Journal
  9. 12:33 TU Sessions d'information
  10. 12:40 TU Littérature sans frontières
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU Le coq chante
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Mémoire d'un continent
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU L'épopée des musiques noires
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Idées
  25. 16:30 TU Journal
  1. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  2. 11:00 TU Journal
  3. 11:10 TU Internationales
  4. 11:30 TU Journal
  5. 11:32 TU Internationales
  6. 12:00 TU Journal
  7. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  8. 12:30 TU Sessions d'information
  9. 13:00 TU Journal
  10. 13:10 TU Littérature sans frontières
  11. 13:30 TU Journal
  12. 13:33 TU Le coq chante
  13. 14:00 TU Journal
  14. 14:10 TU Musiques du monde
  15. 14:30 TU Journal
  16. 14:33 TU Musiques du monde
  17. 15:00 TU Journal
  18. 15:10 TU Musiques du monde
  19. 15:30 TU Journal
  20. 15:33 TU Musiques du monde
  21. 16:00 TU Journal
  22. 16:10 TU Idées
  23. 16:30 TU Journal
  24. 16:33 TU Idées
  25. 17:00 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Dioncounda Traoré France François Hollande Mali Tchad

Le président français attendu samedi au Mali

media

Le président français, François Hollande, est attendu au Mali ce samedi 2 février 2013. Il sera accompagné de trois ministres, Laurent Fabius pour les Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian pour la Défense et Pascal Canfin chargé du Développement. Une visite qui conduira les chefs d’Etat français et malien dans le nord du pays où une partie des combattants islamistes se sont retranchés.

Trois semaines après le début de l'intervention française, François Hollande, qui est le chef des armées, se rend au Mali avec deux objectifs. Tout d’abord, il doit rencontrer les autorités politiques et en premier lieu le président Dioncounda Traoré qui devrait l'accueillir ce samedi à Bamako, selon la présidence malienne.

L'autre objectif est de rendre visite aux forces françaises. Près de 3 500 soldats français sont déployés au Mali. Le président français va aussi passer symboliquement le témoin aux forces africaines de la Misma en cours de déploiement au Mali.

Je vais au Mali demain pour permettre que les Africains viennent le plus vite possible nous rejoindre.
François Hollande Président de la République française 11/10/2013 - par RFI écouter

A Bamako, le message sera aussi politique. François Hollande aura un déjeuner de travail avec son homologue malien Dioncounda Traoré. Le chef de l'Etat français espère voir les Maliens entamer rapidement le dialogue politique, prélude à une réconciliation nationale. Ce dialogue est justement la priorité de Dioncounda Traoré.

Ce voyage à Bamako n'est pas sans rappeler une autre visite très symbolique, celle qu'a effectuée Nicolas Sarkozy à Tripoli, en septembre 2011, trois semaines après la chute de Mouammar Khadafi. Le contexte est certes bien différent. Mais les objectifs sont peu ou prou les mêmes, à savoir se féliciter du succès d'un engagement, à la fois politique et militaire de la France et en capitaliser les bénéfices à la fois sur le plan national et international.

Reportage à Tombouctou : les informations circulent avec les moyens du bord 11/10/2013 - par Guillaume Thibault écouter

Des équipes techniques préparent, depuis plusieurs jours ce voyage. L'une d'entre elles s'est même rendue dans le nord. Car François Hollande et Dioncounda Traoré vont se rendre ensemble à Tombouctou. Ils iront à la mosquée Djingareyber, la plus célèbre des mosquées de la ville, et au centre Ahmed Baba, qui abritait les fameux manuscrits anciens.

Ce sera ensuite l'heure de la photo et des images qui resteront dans les mémoires. Une visite dans cette ville symbole - classée au patrimoine mondial de l'humanité et qui a particulièrement souffert de la présence des groupes radicaux - aura une très forte résonance et devrait renforcer la popularité des deux hommes.

Le nord du pays toujours sous tension

Sur le terrain, c'est la région de Kidal - les montagnes au nord de la ville - qui focalise les attentions françaises, où des jihadistes armés se sont retranchés. Dans la ville, les soldats tchadiens sont arrivés. Des habitants les ont vus circuler dans les rues ce vendredi. Le général Meïri, le commandant des opérations tchadiennes, joint par téléphone, explique que ses hommes sont arrivés hier soir, qu'ils sont installés dans une caserne en ville et  que d'autres seraient en route, depuis Gao, pour participer à la sécurisation de la zone.

En revanche, pas de soldats maliens à Kidal, nous assure le chef d'état-major de l'armée malienne. D'après le général Dahirou Dembélé, il s'agit d'éviter toute provocation sachant que les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Mouvement d’indépendance de l’Azawad (MIA) ont dit qu'ils ne voulaient pas de militaires maliens ou ouest-africains dans leur fief de Kidal.

Quant aux militaires français, ils tiennent depuis trois jours l'aéroport. L'armée française fait savoir qu'elle a frappé, ces derniers jours, certains des sites où se sont regroupés les combattants islamistes, à une centaine de kilomètres au nord de la ville, vers Aguelhok. Enfin, c’est dans cette zone que se trouvent probablement les otages français retenus par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon le ministre français de la Défense. Jean-Yves Le Drian précise d’ailleurs que la France ne perd jamais cela de vue.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.