François Hollande à Bamako: «Il n'y a aucun risque d'enlisement au Mali» - Afrique - RFI

 

  1. 10:10 TU Idées
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU Idées
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:10 TU Sessions d'information
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Sessions d'information
  8. 11:40 TU Littérature sans frontières
  9. 12:00 TU Journal
  10. 12:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  11. 12:30 TU Journal
  12. 12:33 TU Le coq chante
  13. 13:00 TU Journal
  14. 13:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  15. 13:30 TU Journal
  16. 13:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  17. 14:00 TU Journal
  18. 14:10 TU Mémoire d'un continent
  19. 14:30 TU Journal
  20. 14:33 TU EPOPEE DES MUSIQUES NOIRES 2
  21. 15:00 TU Journal
  22. 15:10 TU Idées
  23. 15:30 TU Journal
  24. 15:33 TU Idées
  25. 16:00 TU Journal
  1. 10:10 TU Idées
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU Idées
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  10. 12:30 TU Sessions d'information
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU Littérature sans frontières
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU Le coq chante
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU Musiques du monde
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU Musiques du monde
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Musiques du monde
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU Musiques du monde
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Idées
  25. 16:30 TU Journal

Dernières infos

fermer

Afrique

Dioncounda Traoré France François Hollande Mali

François Hollande à Bamako: «Il n'y a aucun risque d'enlisement au Mali»

media

Après une visite dans les villes de Sévaré et de Tombouctou, François Hollande achève son séjour au Mali par un passage dans la capitale, Bamako, où il s'est s'entretenu avec le président par intérim Dioncounda Traoré, et où il a prononcé un discours sur la place de l'Indépendance. « Je viens de vivre la journée la plus importante de ma vie politique », a-t-il affirmé lors de cette allocution. « Il n'y aucun risque d'enlisement au Mali », avait-t-il déclaré auparavant lors d'une conférence de presse, ajoutant que les troupes françaises étaient désormais « tout près des otages ».

Dimanche 3 février, le président nigérien est sur RFI - interview diffusée à 13h10 et 17h10 (TU) photo : Laura-Angela Bagnetto

« Je viens de vivre la journée la plus importante de ma vie politique », c'est par ces mots que le président Hollande a commenté son séjour au Mali, au cours d'une allocution place de l'Indépendance, à Bamako.

Lors de son discours, il a réaffirmé que la France restera « le temps qu'il faudra » au Mali, précisant que « le terrorisme a été repoussé, chassé (mais) pas encore vaincu ».

A la même tribune, quelques temps auparavant, le président malien par intérim Dioncounda Traoré remerciait chaleureusement François Hollande : « Vous êtes chez vous, monsieur le président », a-t-il ainsi lancé à son homologue. Mais Dioncounda Traoré s'est également adressé directement aux Maliens, pour leur demander de mettre de côté toute rancoeur. Il n'y aura pas de « représailles », a-t-il ainsi promis

Dans une conférence de presse avant son allocution, le président français avait par ailleurs assuré qu'il « n'y a aucun risque d'enlisement » des troupes françaises au Mali, trois semaines après le début de leur intervention dans ce pays pour repousser des groupes islamistes armés : « Il n'y a aucun risque d'enlisement parce que nous avons le soutien de la population, parce que les Africains sont là, parce que les Européens sont présents, parce que nous avons une communauté internationale qui est à l'unisson ».

Il a par ailleurs ajouté que les troupes françaises étaient désormais « tout près » des otages français. « Nous sommes présents, nous sommes tout près, à partir de là, les ravisseurs doivent comprendre que le moment est venu de libérer les otages. »

La France restera avec vous, le temps qu’il faudra […] jusqu’au bout, jusqu’au Nord-Mali
François Hollande Président de la République française 11/10/2013 - par RFI écouter

Une journée présidentielle au Mali

Après une visite éclair à Sévaré, où a il atterri ce samedi 2 février dans la matinée, le président François Hollande s'est rendu à Tombouctou dans le nord du pays, où il a pris un bain de foule. Six jours après la libération de la ville par les troupes franco-maliennes, les habitants de la ville aux 333 saints lui ont en effet réservé un accueil chaleureux.

François Hollande en visite à la grande mosquée de Tombouctou 11/10/2013 écouter

Lors de la visite de deux mausolées détruits par les groupes islamistes armés, François Hollande a dénoncé la « barbarie » de ces derniers et leur « volonté d'anéantir ». Dioncounda Traoré, également présent, a remercié les soldats pour leur « efficacité » et leur « professionnalisme ».

En début d'après-midi, les deux chefs d'Etat et leurs délégations (François Hollande était notamment accompagné des ministres de la Défense et des Affaires étrangères, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian) sont rentrés à Bamako.
 

Le maire de Gao, la grande ville du nord du Mali, a appelé vendredi à « rentrer sans aucune crainte », les membres des minorités arabe et touarègue ayant fui par peur de représailles après le départ des jihadistes, et a garanti leur « sécurité ». « Aux Touareg et Arabes, les portes de Gao leur sont grandement ouvertes. Ils peuvent rentrer sans aucune crainte, la sécurité est là, il n'y a aucune inquiétude pour eux », a déclaré à l'AFP le maire Sadou Har

Sécurisation à Gao 11/10/2013 - par Serge Daniel écouter


Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.