Mahamadou Issoufou sur RFI: «Le MNLA n’est pas représentatif du peuple touareg» - Afrique - RFI

 

  1. 17:40 TU Accents d'Europe
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Décryptage
  4. 18:30 TU Journal
  5. 18:33 TU Sessions d'information
  6. 18:40 TU Débat du jour
  7. 19:00 TU Journal
  8. 19:10 TU Grand reportage
  9. 19:30 TU Journal
  10. 19:40 TU Sessions d'information
  11. 20:00 TU Journal
  12. 20:10 TU La bande passante
  13. 20:30 TU Journal
  14. 20:33 TU La bande passante
  15. 21:00 TU Journal
  16. 21:10 TU Couleurs tropicales
  17. 21:30 TU Journal
  18. 21:33 TU Couleurs tropicales
  19. 22:00 TU Sessions d'information
  20. 22:30 TU Sessions d'information
  21. 23:00 TU Journal
  22. 23:10 TU Accents d'Europe
  23. 23:30 TU Journal
  24. 23:33 TU Danse des mots
  25. 17:40 TU Afrique presse
  1. 17:40 TU Accents d'Europe
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Grand reportage
  4. 18:30 TU Sessions d'information
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Décryptage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Débat du jour
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU La bande passante
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Radio foot internationale
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Radio foot internationale
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  21. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.

fermer

Afrique

Mahamadou Issoufou Mali MNLA Niger Terrorisme

Mahamadou Issoufou sur RFI: «Le MNLA n’est pas représentatif du peuple touareg»

media

Mahamadou Issoufou, le président de la République du Niger, était l'invité d'Internationales sur RFI. Il revient sur la crise malienne, l'intervention militaire française, et la question touarègue. Verbatim.

Sur l'intervention française au Mali

« L’intervention française était nécessaire et légitime. Si la France n’était pas intervenue après l’offensive des jihadistes sur Konna, ils seraient à Bamako. Cela veut dire que l’Etat malien serait devenu un Etat terroriste, menaçant les pays voisins. »

« Lorsque j’entends certains dire que c’est le retour de la Françafrique, je n’ai pas la même vision des choses. »

« Je ne pense pas que l’intervention française soit terminée avec la libération des villes du nord du Mali. Les Français sont actuellement à Kidal. Il reste à remonter plus au nord, vers Tessalit. Mais même avec cela, le problème n’est pas réglé. »

Sur le rôle de la force africaine Misma (Mission internationale de soutien au Mali)

« L’objectif de cette guerre, c’est non seulement de libérer le nord du Mali des jihadistes et des trafiquant de drogue, mais aussi de débarrasser l’ensemble du Sahel de ces groupes […] qui constituent non seulement une menace pour nous, mais aussi pour vous, pour l’Europe, pour le monde entier. »

« J’ai confiance en cette force, la Misma. Notre contingent (680 soldats) est actuellement présent à Gao, et je crois que les autres pays africains sont en train de se préparer […] Le plus important, c'est la mise en place d'une force capable de sécuriser le nord du Mali et le Mali afin de créer les conditions d’organisation d’élections libres et démocratiques. »

« Je ne vois pas d’inconvénient à ce que la Misma soit transformée en un contingent de casques bleus, c’est peut-être même mieux encore. Cela donne plus de certitudes pour mobiliser de manière constante les moyens, afin que la situation puisse être maîtrisée. »

Sur la menace potentielle que le Niger devienne une cible, si les Etats-Unis installent au Niger un point d'où décolleront des drones

« Le Mali a déjà été occupé, tous nos pays sont des cibles. N’oubliez pas que nous avons une menace potentielle. Boko Haram est présent au Nigeria, et le Niger partage une frontière de 1 500 kilomètres avec le Nigeria. Donc le Niger comme tous les autres pays de l’Afrique de l’Ouest sont des cibles potentielles des terroristes. »

Sur l'indépendance du nord du Mali, et la question des Touaregs

« Lorsque vous regardez la carte de l’Afrique, elle ressemble à un miroir brisé. Il ya tellement de frontières artificiellement mises en place, que je pense qu’il ne convient pas d’en rajouter. Déjà, les pays africains ne sont pas viables, alors, les diviser, les balkaniser, ce serait mettre en place des Etats encore moins fiables […], donc il faut éviter la division du nord du Mali. »

« Il y a une autre façon d’associer les populations à la base, de leur permettre de prendre en main leur destin au niveau local, c’est la décentralisation. C’est ce que nous avons mis en œuvre au Niger. Cela peut être une voie pour le Mali. »

« Avant le coup d’Etat de mars 2012, il y avait des députés touaregs à l’Assemblée du Mali, désignés par les communautés du nord du Mali. C’est pourquoi je mets l’accent sur la nécessité de restaurer la démocratie au Mali. »

Sur la question du MNLA (Mouvement national pour la libération de l'Azawad)

« Ce qui est important, c’est de noter que les Touaregs ne sont pas toujours représentés par ceux qui prétendent les représenter. Le MNLA n’est pas représentatif du peuple touareg […]. La communauté des Touaregs est immense. [...] Le MNLA est minoritaire parmi les Touaregs.  »

« Il me semble que le MNLA est une des causes de la crise au nord du Mali [...] Je pense que ce serait contradictoire de ne pas désarmer le MNLA par rapport à l’objectif de restauration de l’intégrité du Mali. S’ils désarment, on peut éventuellement leur donner une place à la table des négociations. »

Sur les jihadistes

« Nous considérons que ces jihadistes ne sont pas des musulmans, mais des trafiquants. »

Sur les otages

« Selon les informations que nous avons, ils sont effectivement vivants, ils se trouvent probablement au nord du Mali, près de la frontière algérienne. »

Sur l'uranium

« L'uranium ne rapporte pas suffisamment au peuple du Niger, il faut rééquilibrer le partenariat avec Areva »

Sur la présence de forces spéciales françaises au Niger autour des sites miniers

« Je le confirme. Nous avons décidé, après ce qui s'est passé en Algérie, de ne prendre aucun risque et de renforcer la protection de ces sites. »

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.