Mali: importantes frappes aériennes près de Kidal

Avions de combat Mirages.
© REUTERS

Au lendemain de la visite triomphale de François Hollande au Mali, d«importantes frappes aériennes» françaises ont visé ce dimanche 3 février des dépôts logistiques et des centres d'entraînement jihadistes dans la zone de Kidal, dernier fief des groupes islamistes armés dans l'extrême nord du Mali, près de la frontière algérienne.

Avec notre envoyé spécial

François Hollande l’avait annoncé : « Le travail n’est pas terminé, nous serons avec vous jusqu’au bout » (...) jusqu’à ce que les terroristes soient chassés ».

Chassés de l’Adrar des Ifoghas, cette zone montagneuse située au nord de la ville de Kidal, elle-même située aux confins du nord-est malien, à 1 500km de Bamako. Et où les islamistes se seraient en partie repliés.

C’est précisément cette zone que les avions français ont bombardé dans la nuit de samedi à dimanche, quelques heures seulement après le départ du président français. La zone de Tessalit, non loin de la frontière algérienne, a elle aussi été la cible de frappes aériennes.

L’Etat major français précise que ce sont « des dépôts logistiques et des centres d'entraînement » qui étaient visés. Ces frappes dénotent la volonté de la France de poursuivre sa « mission ». Elles sonnent également comme un avertissement pour les ravisseurs des otages français retenus au Sahel, et qui pourraient se trouver dans la région de Kidal. Samedi, François Hollande leur adressait ce message : « Il est encore temps de libérer les otages… sans négocier ».