En visite au Mali, François Hollande a fait l'unanimité - Afrique - RFI

 

  1. 20:33 TU Internationales
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Mondial sports
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Mondial sports
  6. 22:00 TU Journal
  7. 22:10 TU Le débat africain
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Le débat africain
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Carrefour de l'Europe
  12. 23:30 TU Journal
  13. 23:33 TU Carrefour de l'Europe
  14. 20:33 TU Couleurs tropicales
  15. 21:00 TU Journal
  16. 21:10 TU Accents d'Europe
  17. 21:30 TU Journal
  18. 21:33 TU Danse des mots
  19. 22:00 TU Sessions d'information
  20. 22:30 TU Sessions d'information
  21. 23:00 TU Journal
  22. 23:10 TU Autour de la question
  23. 23:30 TU Journal
  1. 20:33 TU L'épopée des musiques noires
  2. 21:00 TU Journal
  3. 21:10 TU Mondial sports
  4. 21:30 TU Journal
  5. 21:33 TU Mondial sports
  6. 22:00 TU Journal
  7. 22:10 TU Le débat africain
  8. 22:30 TU Journal
  9. 22:40 TU Le débat africain
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  12. 23:30 TU Journal

Dernières infos

  • Départementales. Marion Maréchal-Le Pen annonce que le Vaucluse ne bascule pas vers le FN
  • Départementales. Yannick Jadot (EELV) sur RFI : «La droite a gagné en stigmatisant»
  • Départementales. Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) : «Ne vous résignez pas», «notre pays est menacé de dislocation»
  • Départementales. Marine Le Pen (FN) : «Je ne demande pas à Manuel Valls de démissionner»
  • Départementales. La Corrèze, fief de François Hollande, bascule à droite
  • Départementales. Marine Le Pen (FN) : «Des résultats exceptionnels un peu partout»
  • Départementales. Marine Le Pen (FN) : «Le FN s'installerait aux alentours de 40%», un «magnifique succès»
  • Départementales. Nicolas Sarkozy (UMP) pointe une défaite «sans appel» de la majorité
  • Départementales. Nicolas Sarkozy (UMP) : « Jamais, sous la Ve République, notre famille politique n'avait gagné autant de départements»
  • Départementales. Manuel Valls déplore un «score beaucoup trop élevé pour l'extrême droite»
  • Départementales. Manuel Valls : «La gauche, trop dispersée, connaît un net recul»
  • Elections départementales en France: 64 à 70 départements à droite, 27 et 31 à gauche, 0 à 2 pour le Front national (estimations CSA)
  • Afghanistan: au moins trois morts dans un attentat-suicide visant un parlementaire à Kaboul
fermer

Afrique

Dioncounda Traoré France François Hollande Mali

En visite au Mali, François Hollande a fait l'unanimité

media

Comme prévu, François Hollande a reçu un accueil triomphal lors de sa visite au Mali, trois semaines après le début de l'intervention militaire française. À Tombouctou comme à Bamako, le président français a été ovationné et qualifié de libérateur. Le chef de l'Etat a précisé que la France n'avait pas vocation à rester dans le pays et qu'elle se replierait dès que la force africaine Misma pourrait prendre le relais.

Pour reprendre la boutade d'un journaliste de Bamako, « aux prochaines élections maliennes, François Hollande risque de passer au premier tour ». Rarement un président français aura reçu un accueil aussi triomphal en Afrique, et en particulier au Mali.

Ce qu'il nous a dit, il nous a sauvés ! C'est un héros, un saint !
La population malienne euphorique après le discours de François Hollande 11/10/2013 - par David Baché écouter

Reçu en libérateur, François Hollande a su trouver les mots justes. Promettant que la France terminera sa mission même si elle n'a pas vocation à rester au Mali. À l'unisson de son hôte, Dioncounda Traoré, il a appelé les troupes à rester exemplaires et les populations à surmonter les pulsions vengeresses.

L'anti-discours de Dakar

Au passage, François Hollande s'est taillé un franc succès en liquidant le contentieux historique. « Lorsque la France était attaquée, qui est venu ? », a-t-il interrogé, avant de répondre sous les hourras que c'était l'Afrique, c'était le Mali. En remerciant l'Afrique et le Mali, les propos du président français résonnent déjà comme l'anti-discours de Dakar prononcé par Nicolas Sarkozy.

Et si le François Hollande a eu un soupçon de paternalisme en demandant aux Maliens d'organiser de belles élections en juillet prochain, il s'est abstenu de commentaire trop appuyé sur la politique intérieure et le dialogue national.

De même, aucun des deux présidents n'a évoqué la question de Kidal, où la présence de l'armée française et l'absence des soldats maliens provoque toujours des interrogations à Bamako. Mais samedi, l'heure n'était pas aux questions qui fâchent. François Hollande a célébré comme il l'a dit la nouvelle indépendance du Mali. Une formule osée, mais manifestement dénuée d'ironie.

Les politiques applaudissent aussi

Dans son ensemble, la classe politique malienne a également salué la visite de François Hollande et a réagi favorablement au discours prononcé par le président français.

Il n'est pas venu en triomphateur, il n'est pas venu en colonisateur, il est venu en ami du Mali.
Kassoum Tapo Vice-président de l'Assemblée nationale et député de Mopti pour l'Adema 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter


Un avis partagé par Younouss Hamèye Dicko, de la Coordination des organisations patriotiques au Mali (Copam, pro-junte), bien qu'il ne soit pas un farouche défenseur des interventions françaises en Afrique.

Le discours de monsieur Hollande m'a paru sincère.
Younouss Hamèye Dicko 11/10/2013 - par Olivier Rogez écouter

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.