En Côte d’Ivoire, le débat politique se poursuit vaille que vaille


©

En Côte d’Ivoire, le dialogue direct entre le gouvernement et l’opposition du Front populaire ivoirien (FPI) entamé il y a presque trois semaines se poursuit. Les deux partis ont travaillé au sein de quatre commissions (Sécurité, Jeu démocratique, Etat de droit et Réconciliation). Un document de synthèse a été remis le lundi 4 février au Premier ministre. Le constat commun est qu’il y a des points d’accord et des points de désaccord et que d’autres rencontres sont à venir.

Le FPI se dit disposé à participer au jeu politique, mais le parti de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, qui avait boycotté les législatives de décembre 2011, pose des conditions pour présenter des candidats aux prochaines élections locales. Son président par intérim, Sylvain Miaka Ouretto : « Tout dépend de la volonté politique du gouvernement. Si des solutions idoines sont apportées à nos préoccupations qui sont, pour nous, la nécessité de prendre une loi d’amnistie pour que tous ceux de nos compatriotes qui sont en prison puissent retrouver la liberté, et que tous nos compatriotes qui vivent en exil puissent rentrer parce que c’est parmi cette population de réfugiés et de ceux qui sont en prison, qu’il y a nos candidats ».

Le FPI souhaite aussi une rencontre Ouattara-Gbagbo, une rencontre peu probable aujourd’hui, dit le gouvernement ivoirien qui proclame la volonté d’avancer et de poursuivre les discussions, dit le Premier ministre Daniel Kablan Duncan : « Sur le dossier de la réconciliation, nous disons réconciliation, oui, mais justice d’abord. Si nous n’arrivons pas à un accord pour ces élections, c’est-à-dire les élections régionales et municipales, cela ne veut pas dire qu’on arrête les discussions ».

Les deux partis disent poursuivre le même objectif : la normalisation de la vie politique en Côte d’Ivoire. Pour l’instant, les positions restent figées sur certains points, considérés comme essentiels par l’ex-parti présidentiel qui dit espérer trouver des compromis avec le gouvernement.