Mali : pas de réaction officielle après l'arrestation par le MNLA de deux responsables islamistes - Afrique - RFI

 

  1. 16:33 TU Priorité santé
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU La bande passante
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU La bande passante
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Sessions d'information
  8. 18:30 TU Sessions d'information
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Grand reportage
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:40 TU Accents d'Europe
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Couleurs tropicales
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Couleurs tropicales
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Grand reportage
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Danse des mots
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Autour de la question
  25. 23:30 TU Journal
  1. 16:33 TU Priorité santé
  2. 17:00 TU Journal
  3. 17:10 TU La bande passante
  4. 17:30 TU Journal
  5. 17:33 TU La bande passante
  6. 18:00 TU Journal
  7. 18:10 TU Sessions d'information
  8. 18:30 TU Sessions d'information
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Grand reportage
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:40 TU Accents d'Europe
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Couleurs tropicales
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Couleurs tropicales
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Autour de la question
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Autour de la question
  21. 22:00 TU Sessions d'information
  22. 22:30 TU Sessions d'information
  23. 23:00 TU Journal
fermer

Afrique

+ AFRIQUE Algérie Mali MNLA Mujao

Mali : pas de réaction officielle après l'arrestation par le MNLA de deux responsables islamistes

media

Le MNLA a annoncé le 3 février avoir arrêté près de la frontière algérienne deux personnalités islamistes, Mohamed Moussa Ag Mohamed, qui était réputé être l'un des chefs d'Ansar Dine à Tombouctou, et Oumeïni Ould Baba, l'un des responsables du Mujao, Mouvement pour l'unicité et la justice en Afrique de l'Ouest, à Gao. Les deux hommes ont été arrêtés alors qu'ils tentaient d'entrer en Algérie. Le MNLA annonce les amener à Kidal où ils partageront les informations avec les forces françaises. A Bamako, on ne réagit pas officiellement à ces arrestations. On s'interroge sur l'avenir des deux hommes.
 

Pas de position officielle. Pour le moment, Bamako ne s’exprime pas mais n’en pense pas moins. Un proche collaborateur du président Diocounda Traoré s’agace : le MNLA n’existe que par la volonté des Français. Cela ne nous intéresse pas de prendre contact avec lui sur ce dossier. Pourtant, les deux islamistes capturés ne sont des petites prises. Ils sont importants pour nous, confirme cette source, et le moment venu, on voudra les récupérer et les juger, c’est certain.

Du côté de l’armée, un militaire proche du commandement, comprend que c’est d’abord sur la question des otages français que l’arrestation des deux chefs islamistes intéresse. Cela ne me choque pas, assure-t-il. Ces prisonniers sont d’abord des menaces pour la France et pour l’Europe. Il affirme que, bien sûr, Maliens et Français travaillent ensemble, et que les informations parviendront tout naturellement aux forces maliennes.

Quant à l’avenir des deux hommes, seront-ils remis à la justice malienne ? A la justice internationale ? Pourraient-ils servir de monnaie d’échange contre les otages français ?
Selon le collaborateur du président malien, aucune démarche n’aurait été entreprise auprès des Français pour récupérer les deux hommes. Je n’ai pas vu ni même un frémissement en ce sens, s’explique-t-il. Mais les Maliens et les Français pourront en parler, le moment venu.
 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.