Tunisie: deuil national dans la justice, grève générale dans le pays - Afrique - RFI

 

  1. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:15 TU Sessions d'information
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Sessions d'information
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Sessions d'information
  10. 12:30 TU Journal
  11. 12:33 TU Sessions d'information
  12. 12:40 TU Grand reportage
  13. 13:00 TU Journal
  14. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  15. 13:30 TU Journal
  16. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  17. 14:00 TU Journal
  18. 14:10 TU Autour de la question
  19. 14:30 TU Journal
  20. 14:33 TU Autour de la question
  21. 15:00 TU Journal
  22. 15:10 TU Radio foot internationale
  23. 15:30 TU Journal
  24. 15:33 TU Radio foot internationale
  25. 16:00 TU Journal
  1. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  2. 10:30 TU Journal
  3. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  4. 11:00 TU Journal
  5. 11:15 TU Sessions d'information
  6. 11:30 TU Journal
  7. 11:33 TU Sessions d'information
  8. 12:00 TU Journal
  9. 12:10 TU Grand reportage
  10. 12:30 TU Sessions d'information
  11. 13:00 TU Journal
  12. 13:10 TU Sessions d'information
  13. 13:30 TU Journal
  14. 13:33 TU Danse des mots
  15. 14:00 TU Journal
  16. 14:10 TU Autour de la question
  17. 14:30 TU Journal
  18. 14:33 TU Autour de la question
  19. 15:00 TU Journal
  20. 15:10 TU Radio foot internationale
  21. 15:30 TU Journal
  22. 15:33 TU Radio foot internationale
  23. 16:00 TU Journal
  24. 16:10 TU Couleurs tropicales
  25. 16:30 TU Journal

Afrique

Tunisie: deuil national dans la justice, grève générale dans le pays

media

En janvier 2011, la Tunisie avait ouvert la voie aux révolutions arabes. La voilà désormais en proie à une grave crise politique, après l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd, survenu mercredi 6 février 2013. De nouvelles manifestations ont eu lieu ce jeudi à Tunis et Gafsa. A Siliana, les manifestants s'en sont pris au siège du parti Ennahda. Ce vendredi, jour des obsèques, le pays sera à l'arrêt. La puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT) et plusieurs partis politiques appellent à la grève générale.

Les obsèques de Chokri Belaïd, abattu par balle dans la matinée de mercredi, sont prévues ce vendredi à 14 heures. Quant à la grève, elle a été décidée par quatre partis, et notamment le Front populaire, la coalition de gauche à laquelle appartenait M. Belaïd. Après de longues heures de débat ce jeudi matin, la direction de l'UGTT a également décidé de s'associer au mouvement.

La mesure est exceptionnelle : la dernière grève décidée par ce puissant syndicat remonte en effet à 1978. Mais comme beaucoup de mouvements ou partis ces derniers temps, l’UGTT a été victime récemment d'une attaque contre son siège. C’était en décembre 2012. L’attaque avait été attribuée à des milices pro-Ennahda, les ligues de sauvegarde de la révolution.

Nous essayons de vivre une démocratie et nous demandons que le chef du gouvernement dissolve les ligues de protection.
Anouar Kaddour Membre du bureau exécutif de l'UGTT 11/10/2013 - par Olivier Rogez Écouter

De son côté, le député Ferjani Doghman d'Ennhada ne souhaite pas stigmatiser les ligues de soutien à la révolution, tant que les enquêtes judiciaires n'auront pas donné de résultats.

Ferjani Doghman Député d'Ennhada 11/10/2013 - par Olivier Rogez Écouter

Le député Ferjani Doghman, président de la commission des finances, se prononce aussi sur la grève générale lancée par l'UGTT. Pour lui, ce n'est pas la solution.

Ferjani Doghman Député d'Ennhada 11/10/2013 - par Olivier Rogez Écouter

Grève de la justice

L'UGTT n'en est évidemment pas à son premier combat. Le syndicat s’était fortement mobilisé lors des jours décisifs qui avaient précédé la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali il y a deux ans. Son soutien va clairement donner de l'ampleur au mouvement. Car l'UGTT est un réseau présent dans toutes les villes du pays, jouissant d’une force de mobilisation importante.

Sans attendre, les syndicats des avocats, des magistrats et des fonctionnaires du parquet se sont mis en grève dès ce jeudi. Un deuil national a été décidé pour deux jours dans les tribunaux du pays, en mémoire du défunt. Au-delà de son rôle politique, Chokri Belaïd était avant tout un avocat.

Grève dans l'enseignement

Le bâtonnier en personne s'est adressé aux terroristes dans le hall du tribunal de première instance de Tunis. « Nous n'avons pas peur de vous », a-t-il dit. « Le peuple veut une magistrature indépendante », estime-t-il.

Même les enseignants de l'université de La Manouba se sont mis en grève ce jeudi. Ces derniers mois, ils ont été particulièrement soumis à la pression des salafistes, d’où - peut-être - une sensibilité plus particulièrement marquée chez eux vis-à-vis du crime politique qui ébranle la Tunisie depuis mercredi.

Des centaines d'opposants sur l'avenue Bourguiba

Depuis la mort de M. Belaïd, les Tunisiens sont mobilisés en masse. Dès mercredi, par milliers, ils sont spontanément sortis sur la célèbre avenue Bourguiba, mais aussi près de l'hôpital où reposait le corps, et enfin autour du convoi qui a traversé la ville.

Aucun appel à manifester n'avait été lancé pour ce jeudi. Mais dès le matin, des centaines de militants d'opposition sont descendus battre le pavé sur l’avenue Bourguiba, pour demander la démission du Premier ministre. Face à eux, comme la veille, les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Rideaux de fer baissés

A l’intérieur du pays, dans le bassin minier, à Gafsa, des centaines de manifestants anti-islamistes sont venus se frotter à la police devant le siège du gouverneur. Ces manifestations sont à surveiller de près, tout comme la façon dont elles sont traitées et dispersées par les forces de l'ordre.

En janvier 2011, ce sont en effet des manifestations à répétition - et surtout l'usage démesuré de la force qui avait suivi - qui avaient précipité la chute du président Ben Ali. Par crainte de violences, de nombreux commerces ont baissé leurs rideaux en début d'après-midi ce jeudi. De son côté, la France a décidé de fermer ses dix établissements scolaires tunisiens vendredi et samedi.

Désaveu cinglant

Mercredi, le Premier ministre Hamadi Jebali, issu du parti islamiste Ennahda, a tenté de calmer le jeu, d’être réactif, en annonçant la dissolution du gouvernement et la formation d'un nouveau gouvernement de « compétence nationale composé de technocrates n'appartenant à aucun parti ». Résultat de cette décision prise dans l’urgence : un désaveu cinglant venu de ses propres troupes.

Tour à tour, le vice-président du parti islamiste puis le président du groupe parlementaire ont en effet décidé d'opposer une fin de non-recevoir à ce qu'ils perçoivent comme une décision unilatérale. Officiellement, Ennahda dit vouloir préserver la coalition actuelle, composée de trois partis.

Ennahda joue-t-il sa survie ?

Cette coalition bat pourtant de l'aile, et pas d’hier. Depuis trois semaines, Ennahda, Ettakatol et le Congrès pour la République n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la formation d'un nouveau gouvernement. Le camp des conservateurs d'Ennahda veut clairement garder la main et rester aux affaires. Pas question pour eux de laisser le gouvernement à des personnalités apolitiques et indépendantes.

La partie pourrait en fait se jouer au sein même d’Ennahda, et ce dès à présent. Le mouvement est tiraillé entre une aile dure et une aile plus modérée. Selon certains observateurs, il jouerait en ce moment précis sa survie.

La balle dans le camp des islamistes

La crise politique tunisienne intervient plus d'un an après l'élection de l'Assemblée constituante. Entre un parti islamiste divisé d’un côté, ses deux alliés qui tentent d’imposer leur vues mais qui ne pèsent pas assez lourd de l’autre, et enfin une opposition meurtrie par le décès de Chokri Belaïd et qui tente de se remettre en selle, la transition paraît bel et bien en danger. C’est en tout cas ce que disent depuis mercredi de nombreuses personnalités.

Le risque immédiat, c'est que la conduite des travaux de la Constituante, qui ont déjà pris beaucoup de retard, pâtisse de cette situation. Plus que jamais, la balle est dans le camp d'Ennahda, seul maître à bord. Le parti au pouvoir va devoir apaiser et rassurer - si c’est encore possible - tous ceux qui l'accusent d'avoir alimenté ces derniers mois le climat actuel de violence, qui a abouti à l'assassinat de Chokri Belaïd.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.