Mali: la tension reste vive à Gao


©

Les derniers jours ont été particulièrement violents et tendus à Gao. Finalement, lundi 11 février, le principal marché de Gao a été évacué par crainte d'attentat. Des mesures de sécurité adoptées quelques heures après le bombardement du commissariat central de la ville par les forces françaises. Des combattants islamistes s'y étaient retranchés.

Lundi 10h (TU), à Gao. Tirs de sommation. 14h, une détonation entendue cinq kilomètres à la ronde. La tension reste vive à Gao. Le principal marché de la ville, communément appelé marché Washington, a été évacué, pour des raisons de sécurité. Mais la crainte d'attentats reste bien présente, explique un militaire malien.

Sur place, en effet, l'armée malienne est toujours sur les dents. Le secteur du commissariat de police où se sont déroulés les affrontements entre jihadistes et troupes maliennes est désormais bouclé.

Une première : les militaires français, généralement cantonnés à l'aéroport de Gao, ont patrouillé en ville. RFI les a aperçus non loin du siège du commissariat de police. Camouflés, ils étaient à bord de blindés, le doigt sur la gachette. Ils étaient également visibles au nord de la ville, à la sortie, où, à deux reprises, les kamikazes du Mujao se sont fait exploser.

Concernant le bilan des affrontements, les premiers chiffres circulent. Selon le ministère malien de la Défense, trois soldats maliens ont été blessés, ainsi que trois morts et trois combattants prisonniers côté jihadiste.

A Gao, d'après les recoupements de RFI, il y a eu au moins neuf morts : quatre civils tués par des balles perdues et cinq jihadistes abattus.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.