L'athlète Oscar Pistorius soupçonné d'avoir tué sa compagne - Afrique - RFI

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:33 TU Sessions d'information
  4. 04:37 TU Grand reportage
  5. 04:57 TU Sessions d'information
  6. 05:00 TU Journal
  7. 05:15 TU Sessions d'information
  8. 05:30 TU Journal
  9. 05:40 TU Sessions d'information
  10. 05:50 TU Sessions d'information
  11. 06:00 TU Journal
  12. 06:15 TU Sessions d'information
  13. 06:30 TU Journal
  14. 06:43 TU Sessions d'information
  15. 07:00 TU Journal
  16. 07:10 TU Sessions d'information
  17. 07:30 TU Journal
  18. 07:40 TU Grand reportage
  19. 08:00 TU Journal
  20. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  21. 08:30 TU Journal
  22. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  23. 09:00 TU Journal
  24. 09:10 TU Priorité santé
  25. 09:30 TU Journal
  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Sessions d'information
  6. 06:00 TU Journal
  7. 06:15 TU Sessions d'information
  8. 06:30 TU Journal
  9. 06:43 TU Sessions d'information
  10. 07:00 TU Journal
  11. 07:10 TU Sessions d'information
  12. 07:30 TU Sessions d'information
  13. 08:00 TU Journal
  14. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  15. 08:30 TU Journal
  16. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  17. 09:00 TU Journal
  18. 09:10 TU Priorité santé
  19. 09:30 TU Journal
  20. 09:33 TU Priorité santé
  21. 10:00 TU Journal
  22. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  23. 10:30 TU Journal
  24. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  25. 11:00 TU Journal
fermer

Afrique

Afrique du Sud Jeux paralympiques 2012

L'athlète Oscar Pistorius soupçonné d'avoir tué sa compagne

media

Drame de la Saint-Valentin en Afrique du Sud : la petite amie de l'athlète Oscar Pistorius, médaille d'or au 400m des derniers Jeux Paralympiques, a été retrouvée morte tôt ce matin dans la maison de celui-ci, frappée par plusieurs balles dont une dans la tête. Il semblerait que l'athlète l'aurait prise pour un cambrioleur. Il devrait comparaître plus tard dans la journée devant un tribunal de Pretoria.

Depuis la découverte du corps de sa petite amie, Oscar Pistorius est rapidement devenu le premier sujet de conversation sur les réseaux sociaux et dans les talk shows des radios. Certes, c'est dû à la grande notoriété de celui que l'on surnomme « Blade runner » qui, amputé des deux jambes, avait atteint les demi-finales des derniers JO ; sa petite amie, une mannequin, était elle aussi une habituée des pages people.

Le champion paralympique a été arrêté ce jeudi 14 février pour le meurtre de sa compagne. Oscar Pistorius lui aurait tiré dessus par erreur dans la nuit de mercredi à jeudi, la prenant pour un voleur introduit dans leur résidence de Pretoria. Oscar Pistorius a été inculpé pour le « meurtre » de sa compagne. Selon une porte-parole de la police interrogée par une télévision sud-africaine, le parquet s'apprêtait à refuser une libération sous caution. « Il y a eu par le passé des rapports faisant état de disputes familiales au domicile de l'accusé », a déclaré la porte-parole Denise Beukes. Le coureur handicapé sud-africain devrait être présenté à la justice ce vendredi 15 février.

Insécurité courante

Mais le fait divers tragique touche aussi un nerf sensible : celui de l'insécurité. La thèse de l'accident n'est pas confirmée, mais les spéculations abondent en ce sens. Les cambriolages sont en effet monnaie courante, surtout dans la région de Johannesburg et Pretoria où le drame a eu lieu. Les criminels n'hésitent souvent pas à recourir à des violences extrêmes. Et si le port d'armes est strictement encadré dans le pays, de nombreux sud-africains, comme Oscar Pistorius, en possèdent pour se défendre.

La classe moyenne sud-africaine, celle qui équipe ses maisons de clôtures électriques et de systèmes de surveillance sophistiqués, est donc particulièrement sensible à un fait divers qui, s'il s'avère être un accident lié à ce sentiment d'insécurité, semblerait pouvoir arriver à tout un chacun.

L'ascension d'un champion handicapé parmi les valides

L'homme que la justice sud-africaine va devoir juger pour le meurtre de sa compagne avait fait de l'athlétisme plus qu'une passion, une véritable raison de vivre et de se battre. Né il y a 26 ans sans péronés, doublement amputé avant la fin de sa première année, il pratique néanmoins plusieurs sports comme le waterpolo ou la boxe. Puis il se focalise sur l'athlétisme où il obtient d'entrée d'excellents résultats, parfois meilleurs que ceux de ses camarades valides, alors qu'il court avec deux prothèses, et souvent sans en faire état.

Il va se construire un palmarès exceptionnel chez les handisports, mais Oscar Pistorius vise plus haut : il veut participer malgré son handicap aux épreuves réservées aux athlètes valides. Son combat sera long, marqué notamment par le rapport d'un médecin allemand soutenant que ses prothèses en forme de lames d'acier lui donnerait un avantage sur ses adversaires valides. Thèse invalidée par le tribunal arbitral du sport, Oscar Pistorius a gagné, il participe aux championnats du monde à Daegu, en Corée du Sud, en 2011, sort en demi finale du 400 mètres mais remporte, avec le relais sud africain, l'argent sur 4x400 mètres.

A Londres, aux derniers Jeux olympiques, il court à nouveau aux côtés des valides. Eliminé en demi-finales du 400 mètres, il défend par la suite victorieusement ses titres paralympiques sur 400 et 4x400 mètres. Peut-être les derniers feux d'une carrière en tous points exceptionnelle.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.