Mali: Kidal, un obstacle sur la voie de la réconciliation - Afrique - RFI

 

  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

France Mali MNLA

Mali: Kidal, un obstacle sur la voie de la réconciliation

media

La situation à Kidal est au coeur du Forum de Bamako qui se déroule cette semaine dans la capitale malienne. Les forces françaises et tchadiennes sont sur place, mais le MNLA continue à s'opposer au déploiement de l'armée malienne. Pour les participants au Forum, le fait que Kidal continue à échapper à l'autorité de l'Etat malien constitue un obstacle à la réconciliation et au processus de sortie de crise.

La situation à Kidal n’est pas tenable, elle présente même de nombreux risques. « Le seul obstacle reste la situation du MNLA. S’il veut rester dans le processus politique, il faut qu’il se désarme. L’autre risque, c’est que le MNLA peut recycler en son sein des éléments venus des autres mouvements et qui ne seront pas plus fréquentables parce qu’ils auront changé d’étiquette », affirme Soumeylou Boubèye Maïga, ancien ministre des Affaires étrangères du Mali.

Autre risque : l’amalgame que la population pourrait faire entre Touaregs, MNLA et terroristes, et les exactions auxquelles elle pourrait se livrer, pointe le chercheur au CNRS André Bourgeot. Pour lui, il ne peut y avoir d’exception Kidal : « Le peuple malien ne peut pas l’accepter. Si on va dans le sens d’une restauration de l’intégrité territoriale, ça ne peut pas se faire dans un premier temps sur des bases particulières. Kidal appartient au Mali. Ce qui est un petit peu gênant dans la politique actuelle, c’est qu’on sent qu’il y a quelque chose de spécifique à Kidal ».

Le MNLA se maintient à Kidal car il est soutenu par la France, affirme Sidi Mohamed Hashrash, le coordinateur du collectif des ressortissants de Kidal. Selon lui, si le mouvement touareg refuse de déposer les armes, il ne devrait pas bénéficier d’un traitement de faveur : « Il faut peut-être les contraindre à quitter les villes, de la même manière qu’on a contraint les islamistes à quitter les villes ».

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.