Mali: vers une restructuration des bérets rouges au sein de compagnies propres

Le Premier ministre malien Diango Cissoko.
© REUTERS/Louafi Larbi

Comment résoudre la crise qui divise l'armée malienne ? Le Premier ministre Diango Cissoko a annoncé, vendredi 15 février dans la soirée, une tentative de solution. Après avoir consulté toutes les parties en début de semaine, les autorités maliennes ont décidé de restructurer le corps des bérets rouges, réputé proche de l’ancien président Amadou Toumani Touré - dit ATT - et de les envoyer combattre dans le Nord.

« Pour nous, c’est une victoire, nous sommes satisfaits ! » Le béret rouge qui prononce ces mots n’est pas à moitié content. Et pour cause ! Il vient d’obtenir ce pourquoi il lutte depuis des mois. Les bérets rouges ne seront finalement pas dissous mais simplement restructurés.

Ils conservent même leur camp militaire de Djicoroni-Para, à Bamako, où sera installée une compagnie d’instruction. Et ils partiront combattre dans le Nord, précisément à Gao et Tombouctou, après une période de préparation. Le tout, non pas dans le cadre de réaffectations mais au sein de compagnies propres, estampillées « bérets rouges ».

Ces dispositions seront effectives au plus tard au 1er mars 2013, c’est-à-dire d’ici la fin du mois. La décision a été prise par le Premier ministre Diango Cissoko et par le président de transition Dioncounda Traoré, qui entendent ainsi forcer un processus de réconciliation au sein de l’armée malienne.

Cela faisait dix mois que le conflit sanglant était dans l’impasse entre bérets rouges, proches de l’ancien président ATT, et bérets verts, auteurs de coup d’Etat du 22 mars 2012. Des tirs avaient encore été échangés la semaine dernière à Bamako.

Cette décision en forme de compromis ne satisfera pas tout le monde au sein de la hiérarchie politico-militaire. C’est le ministre de la Défense, le général Yamoussa Camara, qui devra veiller à son exécution. Celui-là même qui, il y a quelques jours encore, traitait les bérets rouges présents à Bamako de « déserteurs ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.