L’Union européenne approuve la mission de formation de l’armée malienne


©

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont formellement approuvé lundi 18 février le lancement de la mission de formation de l'armée malienne, dont les premiers experts sont déjà à pied d'œuvre à Bamako. Avec un budget de 12 millions d’euros, l'objectif est de former 4 à 5 bataillons de 650 soldats maliens chacun.

A l'occasion de leur réunion mensuelle à Bruxelles, les responsables européens ont adopté, sans débat, la décision de lancement de la mission EUTM Mali, cet accord marque la fin du processus de création de cette mission, approuvée en décembre, dont la préparation avait été accélérée au lendemain de l'intervention militaire française le 11 janvier.

UETM mali, comptera à terme plus de 450 soldats européens dont 200 formateurs. L’objectif est de remettre à niveau l'armée malienne. « La mission de formation devrait commencer à partir du mois d’avril, affirme le colonel Thierry Marchand, conseillé militaire au cabinet du ministre de la Défense, de façon à pouvoir avoir déjà un premier groupe de bataillons de l’ordre de quatre ou cinq bataillons qui seront formés à échéance de la fin de l’année 2013. »

La mission sera placée sous commandement français, mais 16 pays européens ont annoncé leur participation, avant tout pour fournir des formateurs, mais très peu de contributeurs se sont déclarés pour envoyer des combattants afin de sécuriser les sites d'instruction. Une partie de cette mission reviendra donc à la France, qui fournira le gros des troupes. La Grande Bretagne a promis d'envoyer une quarantaine de militaires. L’Allemagne s'est engagée sur 40 formateurs et 40 secouristes, la République tchèque sur une cinquantaine de soldats. Mais c'est l'aide de la Belgique qui était la plus attendue, le seul pays à avoir finalement accepté d'envoyer deux hélicoptères d'évacuation sanitaire, indispensables en cas d’accident sur les sites d’instruction.

La mission disposera d'un budget de 12 millions d'euros. La semaine dernière, la Commission européenne avait décidé de débloquer une première enveloppe de 20 millions d'euros pour la stabilisation du Mali.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.