Procès Gbagbo : la parole est à la défense - Afrique - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Autour de la question
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Séries
  6. 23:30 TU Journal

Dernières infos

  • Les Etats-Unis vont libérer l'espion israélien Jonathan Pollard le 21 novembre (avocats)
fermer

Afrique

Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo

Procès Gbagbo : la parole est à la défense

media

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo comparaît depuis mardi 19 février devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité. A l'issue de dix jours d'audience, la Cour confirmera ou non les charges retenues contre lui. La défense de l'ex-chef d'Etat ivoirien doit entamer cet après-midi sa déclaration liminaire.

L'audience pourra être suivie sur le site internet de la CPI, avec un différé de 30 minutes

- en Anglais
- en Français

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, soupçonné d'avoir fomenté un «  plan » de meurtres et de viols pour s'accrocher au pouvoir, comparaît de nouveau ce mercredi 20 février devant la CPI, sous le coup de soupçons pour crimes contre l'humanité. La défense de  Laurent Gbagbo entame sa déclaration liminaire lors de cette deuxième journée d'audience. Il s'agit d'une audience de « confirmation des charges », devant permettre la tenue éventuelle d'un véritable procès, ultérieurement.

Mardi 19 février, la procureure Fatou Bensouda et son équipe avait présenté les charges retenues contre l'ancien président ivoirien. « Laurent Gbagbo et les forces sous son contrôle sont responsables de la mort, des viols, des blessures graves et de la détention arbitraire de nombreux citoyens, respectueux des lois, perçus comme soutenant M. Ouattara », son rival lors de l'élection, a déclaré le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, lors de sa déclaration liminaire.

L'audience s'est ouverte mardi 19 février et devrait durer dix jours.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.