Mali: attentat à Kidal, combats à Gao - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Priorité santé

 

  1. 00:33 TU Priorité santé
  2. 01:00 TU Journal
  3. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  4. 01:30 TU Journal
  5. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  6. 02:00 TU Journal
  7. 02:10 TU Couleurs tropicales
  8. 02:30 TU Journal
  9. 02:33 TU Couleurs tropicales
  10. 03:00 TU Journal
  11. 03:15 TU Sessions d'information
  12. 03:30 TU Journal
  13. 03:33 TU Sessions d'information
  14. 03:40 TU Accents d'Europe
  15. 04:00 TU Journal
  16. 04:15 TU Sessions d'information
  17. 04:30 TU Journal
  18. 04:33 TU Sessions d'information
  19. 04:37 TU Grand reportage
  20. 04:57 TU Sessions d'information
  21. 05:00 TU Journal
  22. 05:15 TU Sessions d'information
  23. 05:30 TU Journal
  24. 05:40 TU Sessions d'information
  25. 05:50 TU Sessions d'information
  1. 00:33 TU Priorité santé
  2. 01:00 TU Journal
  3. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  4. 01:30 TU Journal
  5. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  6. 02:00 TU Journal
  7. 02:10 TU Couleurs tropicales
  8. 02:30 TU Journal
  9. 02:33 TU Couleurs tropicales
  10. 03:00 TU Journal
  11. 03:15 TU Sessions d'information
  12. 03:30 TU Sessions d'information
  13. 04:00 TU Journal
  14. 04:15 TU Sessions d'information
  15. 04:30 TU Sessions d'information
  16. 05:00 TU Journal
  17. 05:15 TU Sessions d'information
  18. 05:30 TU Sessions d'information
  19. 06:00 TU Journal
  20. 06:15 TU Sessions d'information
  21. 06:30 TU Journal
  22. 06:43 TU Sessions d'information
  23. 07:00 TU Journal
  24. 07:10 TU Sessions d'information
  25. 07:30 TU Sessions d'information

Dernières infos

fermer

Afrique

Ansar Dine AQMI Défense France Mali Mujao

Mali: attentat à Kidal, combats à Gao

media

Un véhicule piégé a explosé près d'un camp militaire français, jeudi matin, 21 février, à Kidal, dans le nord du Mali. A Gao, les combats se sont poursuivis l'après-midi pour tenter de déloger des jihadistes armés infiltrés dans la ville depuis la nuit précédente. Les forces maliennes sont épaulées par des soldats et des hélicoptères français, selon plusieurs témoins. Jeudi, le palais de justice était en flammes.

Une toyota wagon - c'est-à-dire fermée à l'arrière -, a explosé jeudi matin vers 8h30 dans le quartier de Tazara à la sortie de Kidal. L'explosion a eu lieu au moment où la voiture entrait dans un garage, tout près d'un forage où les éleveurs, mais aussi les militaires tchadiens qui sécurisent la zone, viennent s'approvisionner.

Selon un notable de la ville joint par RFI, il y aurait deux morts : le kamikaze et un civil. Selon des témoins, le kamikaze était de peau noire et n'était pas originaire de la région.

L'explosion a eu lieu à 500 mètres du camp 2 occupé par les militaires français. Ce camp était-il la cible ? Peut-être, mais difficile de le confirmer puisque la voiture a explosé avant.

A Kidal, certains habitants ne sont en tout cas pas étonnés de ce qui vient de se passer. Plusieurs d'entre eux confirment qu'il restait encore des membres d'Aqmi et d'Ansar Dine dans la ville et aux alentours.

Dans la soirée de jeudi, le porte-parole du Mujao a revendiqué l'attentat. « Nous sommes arrivés à rentrer sans aucun problème à l'intérieur de Kidal même pour faire exploser comme prévu un véhicule », a déclaré Abu Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

Tirs à l'arme lourde à Gao

Des hélicoptères français ont survolé Gao jeudi après-midi. Des soldats français ont aussi été déployés en renfort au centre de la ville afin de venir en aide à l'armée malienne qui affronte depuis mercredi soir des jihadistes qui se seraient infiltrés en ville, dans la mairie et le palais de justice notamment.

On entend des coups de kalachnikov, des coups de fusils. Certainement que l’armée est en train de mener une chasse à l’homme dans les rues de Gao.
Témoignage d'un habitant de Gao 10/10/2013 écouter


La confirmation a d'ailleurs été donnée à la mi-journée par le Mujao, le groupe qui occupait la ville il y a encore quelques semaines. Il assure avoir envoyé mercredi des hommes pour mener une contre-offensive pour libérer Gao.

Jeudi soir, en marge d'une réunion de l'Otan à Bruxelles, le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, a annoncé que des forces jihadistes ont été délogées de la mairie et de la résidence du gouverneur qu'elles occupaient par les forces maliennes, appuyées par les soldats français. Selon le ministre, cinq islamistes armés ont été tués dans les combats.

Jeudi matin, les combats ont été violents avec des tirs à l'arme lourde. Le marché aux légumes a brûlé, une station-service aussi. Les gens sont restés terrés chez eux. Et jeudi soir, ils étaient encore nombreux à ne pas oser sortir. Un habitant de Gao évoque un état de « panique générale » dans la ville dont les rues ont été « désertées ».

Il faut préciser que la situation à Gao n'a jamais été stabilisée depuis l'entrée des Français dans la ville, fin janvier. Il y a notamment déjà eu deux attentats kamikazes dans la ville.

Les hélicoptères ont survolé l’endroit, ils sont vers le fleuve aussi, et ont tiré des roquettes depuis qu'ils se sont mis en action. (…) Il y avait des soldats français au sol, qui combattaient aux côtés des soldats maliens.
Un habitant de Gao 10/10/2013 écouter

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.