Algérie: redémarrage du site gazier d'In Amenas - Afrique - RFI

 

  1. 21:33 TU Si loin si proche
  2. 22:00 TU Journal
  3. 22:10 TU Archives d'Afrique
  4. 22:30 TU Journal
  5. 22:40 TU Archives d'Afrique
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Atelier des médias
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Atelier des médias
  10. 21:33 TU Mondial sports
  11. 22:00 TU Journal
  12. 22:10 TU Le débat africain
  13. 22:30 TU Journal
  14. 22:40 TU Le débat africain
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Internationales
  17. 23:30 TU Journal
  1. 22:00 TU Journal
  2. 22:10 TU Archives d'Afrique
  3. 22:30 TU Journal
  4. 22:40 TU Archives d'Afrique
  5. 23:00 TU Journal
  6. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  7. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Abdelaziz Bouteflika Algérie Energies Pétrole

Algérie: redémarrage du site gazier d'In Amenas

media Le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, lors d'une conférence de presse, Alger, le 12 janvier 2013. REUTERS/Ismail Zitouny

Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, lancera ce dimanche 24 février le redémarrage du site gazier de Tiguentourine. Site près d'In Amenas dans le Sahara à 1.300 km au sud-est d'Alger, à l'arrêt depuis le 16 janvier à la suite d'une prise d'otages meurtrière. Le redémarrage se fera à l'occasion du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l'UGTA, Union générale des travailleurs algériens, et qui sera célébré sur le site.
 

Le 24 février 1971, l'Algérie nationalisait ses hydrocarbures en reprenant 51 % des avoirs des sociétés pétrolières françaises présentes dans le pays. Depuis gaz et pétrole sont devenus la principale ressource de l'Agérie. Ils représentent 97 % de ses exportations et les deux tiers de ses recettes budgétaires.

En choisissant le site de Tiguentourine près d'In Amenas, le gouvernement algérien veut rappeler son engagement dans la mise en échec de l'agression terroriste qui visait l'une des installations les plus importantes du pays.

Ce site exploité conjointement par la compagnie nationale Sonatrach, le Britannique BP et le Norvégien Statoil, à l'arrêt depuis le 16 janvier, redémarre par la même occasion mais seulement au tiers de ses capacités.

Cet anniversaire intervient aussi au moment où la Sonatrach, fleuron industriel de l'Algérie est éclaboussée par un scandale de pots de vins. Le parquet d'Alger à ouvert une enquête sur une éventuelle corruption liée à des contrats avec la société italienne ENI.

Le président Bouteflika s'est déclaré choqué par cette affaire et le ministre de l'Energie a prévenu qu'il serait inflexible envers les responsables.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.