Fespaco 2013 : «How to Steal 2 Millions» ouvre la compétition - Afrique - RFI

 

  1. 21:10 TU Couleurs tropicales
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Couleurs tropicales
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Accents d'Europe
  8. 23:30 TU Journal
  9. 23:33 TU Danse des mots
  10. 21:10 TU Musiques du monde
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Musiques du monde
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Si loin si proche
  19. 23:30 TU Journal
  1. 21:10 TU Radio foot internationale
  2. 21:30 TU Journal
  3. 21:33 TU Radio foot internationale
  4. 22:00 TU Sessions d'information
  5. 22:30 TU Sessions d'information
  6. 23:00 TU Journal
  7. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  8. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Les antennes de RFI consacreront à nouveau une édition spéciale à la situation au Burkina Faso samedi 1er novembre entre 6h TU et 8h TU.

fermer

Afrique

Afrique du Sud Cinéma Fespaco 2013

Fespaco 2013 : «How to Steal 2 Millions» ouvre la compétition

media

C’est un film sud-africain qui a ouvert ce 24 février le bal des longs métrages en compétition. L’Afrique du Sud affiche cinq productions dont How to Steal 2 Millions de Charlie Vundla qui concourt pour l’Etalon d’or de Yennenga. Le poids lourd du cinéma africain a multiplié ces dernières années le nombre de films réalisés et le nombre de salles de cinéma (plus que 700 aujourd’hui) d’une manière spectaculaire. Malheureusement, ce n’est pas toujours un gage de qualité.

La violence, l’argent et les femmes, est-ce suffisant pour tourner un grand film ? Oui, quand cela nous émeut et remue nos pensées sur la société ou la nature humaine. Dans How to Steal 2 Millions de Charlie Vundla, la société en question est l’Afrique du Sud, à l’occurrence Johannesburg. La ville la plus meurtrière d’Afrique du Sud, quel meilleur endroit pour parler de la prison, la traitrise, les affaires sales et vies crapuleuses qui se terminent avec une balle 9mm dans la tête.

L'anti-héro Jack

How to Steal 2 Millions
nous parle de tout cela, mais n’arrive jamais à nous faire entrer dans l’histoire ou dans la vie d’un homme ou d’une ville. Le récit cinématographique est sans rythme et sans inspiration : il y a des mères absentes, suicidées ou alcooliques, des hommes qui s’entretuent et couchent avec la femme de leur meilleur ami ou haïssent leur père. L’anti-héro Jack voulait finir avec tout cela. Il sort de cinq ans en prison et souhait ardemment de construire honnêtement son avenir. Mais quand la police fait l’éloge de la corruption, cela devient difficile pour un ancien taulard qui contrôle mal sa violence. Pour lui, ses espoirs se résument en une seule phrase : « I don’t want any friends », « Je ne souhaite pas d’avoir des amis ».
 
« Champagne and Candle Lights »

Pour démarrer son entreprise de bâtiment, Jack accepte un dernier coup : voler deux millions au père de son ancien meilleur ami. L’intrigue est aussi passionnante que les plans plaqués de la caméra sont décevantes. Il en sort des images crues sur une mise en scène lisse, des gestes téléphonés et une bande de son qui mêle des créations originales comme Champagne and Candle Lights avec Vivaldi, donnant ainsi l’impression de « pamperiser » l’action qui se déroule sous nos yeux.
 
Le jeune réalisateur Charlie Vundla a 29 ans et possède déjà une compagnie de production. Un exemple pour une industrie cinématographique en plein essor, mais plus tournée vers le modèle Nollywood que Hollywood, sans parler de l’exigence d’un cinéma d’auteur.

Dossier spécial FESPACO 2013

 

Accesseur Cinéma africain

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.