Guinée: l'opposition se retire du processus électoral - Afrique - RFI

 

  1. 11:40 TU Orient hebdo
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU LA DANSE DES MOTS 1
  4. 12:30 TU Journal
  5. 12:33 TU L'épopée des musiques noires
  6. 13:00 TU Journal
  7. 13:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  8. 13:30 TU Journal
  9. 13:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  10. 14:00 TU Journal
  11. 14:10 TU Si loin si proche
  12. 14:30 TU Journal
  13. 14:33 TU Si loin si proche
  14. 15:00 TU Journal
  15. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  16. 15:30 TU Journal
  17. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  18. 16:00 TU Journal
  19. 16:10 TU Sessions d'information
  20. 16:30 TU Journal
  21. 16:33 TU Sessions d'information
  22. 16:40 TU Afrique presse
  23. 17:00 TU Journal
  24. 17:10 TU Sessions d'information
  25. 17:30 TU Journal
  1. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Afrique presse
  4. 12:30 TU Sessions d'information
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU La marche du monde
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU La marche du monde
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Atelier des médias
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Atelier des médias
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Si loin si proche
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Si loin si proche
  21. 17:00 TU Journal
  22. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  23. 17:30 TU Journal
  24. 17:33 TU Sessions d'information
  25. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
fermer

Afrique

Guinée Alpha Condé

Guinée: l'opposition se retire du processus électoral

media Des opposants manifestent à Conakry pour demander la tenue d'élections libres le 18 février 2013. Reuters / Samb

En Guinée, l'opposition se retire du processus électoral pour protester contre l'absence de dialogue avec le pouvoir et le manque de concertation avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Bakary Fofana. Elle ne boycottera toutefois pas les prochaines élections. Il s'agit des législatives, repoussées à plusieurs reprises, qui ont été fixées au 12 mai prochain.

En décidant de se retirer du processus électoral pour cause de déficit de dialogue, sans pour autant boycotter les élections législatives, l’opposition guinéenne s’engage dans un nouveau bras de fer avec le pouvoir d’Alpha Condé, dit un observateur averti. Ce dernier ajoute que si l’opposition boycotte le processus électoral et tente d’empêcher les élections, il y aura inéluctablement des affrontements entre partisans et adversaires du régime.

Ces affrontements pourraient certainement précipiter le pays dans un cycle de violences aux conséquences imprévisibles qui vont encore prolonger cette transition, qui court déjà depuis plus de quatre ans.

Alpha Condé obligé d'organiser les élections en 2013

C’est pourquoi Alpha Condé est obligé d’organiser ces élections en 2013. Sinon, en 2015, il n’aura aucune explication à donner, aucune excuse à présenter au peuple de Guinée parce qu’il aura été incapable de mettre en place une Assemblée nationale pour contrôler l’action de son gouvernement.

Alors pour éviter cet imbroglio et empêcher l’irruption dans le jeu politique d’une troisième force, comme cela est de coutume en Afrique, il faudra que chaque parti en toute lucidité joue franc jeu avant qu’il ne soit trop tard.

Le ministre de l'Emploi et de l'enseignement professionnel, porte-parole du gouvernement, Albert Damatang Camara, estime que les autorités sont prêtes au dialogue :

 

Ce que nous souhaitons, c’est que tout le monde participe aux élections
Albert Damatang Camara Ministre de l'Emploi et de l'enseignement professionnel, porte-parole du gouvernement 10/10/2013 écouter

 

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.