République démocratique du Congo: le M23 est-il en train de se diviser? - Afrique - RFI

 

  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Orient hebdo
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 18:30 TU Journal
  8. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Musiques du monde
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:33 TU Musiques du monde
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Musiques du monde
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Musiques du monde
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Si loin si proche
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Si loin si proche
  21. 22:00 TU Journal
  22. 22:10 TU Archives d'Afrique
  23. 22:30 TU Journal
  24. 22:40 TU Archives d'Afrique
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Orient hebdo
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Le club RFI
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

M23 RDC

République démocratique du Congo: le M23 est-il en train de se diviser?

media

Des affrontements armés ont eu lieu dimanche 24 février dans la soirée à Rutshuru, dans le territoire contrôlé par le mouvement rebelle M23. Les versions divergent : selon le M23, il s’agissait d’une tentative d’incursion de miliciens hutu rwandais des Forces démocratique pour la libération du Rwanda (FDLR). Selon d’autres sources, notamment dans le camp du pouvoir de Kinshasa, il s’agit de dissensions internes au M23. Les bilans divergent aussi : deux morts selon le M23, 13 selon Kinshasa.

Une division profonde s’est creusée entre partisans du général Makenga, le chef militaire du M23, et ceux du général Bosco Ntaganda, qui était le chef militaire du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) à l’époque où ce mouvement avait la mainmise sur les deux provinces du Kivu.

A cette division vient se superposer une autre, entre le chef politique Jean-Marie Runiga et le général Makenga. Les partisans de Makenga reprochent à Runiga un manque de leadership et une mauvaise gestion du mouvement.

Dans le camp Runiga, on accuse le général Makenga d’être vendu à Kinshasa et de n’avoir pas d’autre ambition que d’obtenir des postes dans l’armée. Selon les proches de Makenga, Runiga est sous la coupe de Bosco Ntaganda.

Ces derniers jours, la tension est montée. Makenga a fait retirer la garde personnelle de Runiga. Alors intervient un autre général, Baudoin, proche de Bosco et prêt à en découdre par les armes.

Les principaux responsables du mouvement vont tenter d’organiser une réunion à Bunagana, à la frontière ougandaise, pour essayer de recoller les morceaux et d'éviter le pire.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.