Burundi : les journalistes se mobilisent de nouveau pour la libération d'Hassan Ruvakuki - Afrique - RFI

 

  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Accents d'Europe
  4. 23:30 TU Journal
  5. 23:33 TU Danse des mots
  6. 22:30 TU Sessions d'information
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Accents d'Europe
  9. 23:30 TU Journal
  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  4. 23:30 TU Journal
Urgent

■ Edition spéciale sur les antennes de RFI vendredi 31 octobre entre 6h30 TU et 8h TU.
■ Le vote sur l'article 37 de la Constitution a été annulé.
■ L’aéroport de Ouagadougou est fermé. Tous les vols au départ ou à l’arrivée de la capitale bukinabè sont suspendus.
■ L'armée a annoncé la dissolution de l'Assemblée, l'instauration d'un couvre-feu et la mise en place d'une équipe de transition à la tête du pays.
■ Malgré les demandes pressantes de la rue, Blaise Compaoré assure qu'il ira jusqu'au bout de son mandat mais appelle à la formation d'un gouvernement de transition. Il suspend l'état de siège dans le pays.
■ Numéro burkinabè spécial pour les ressortissants français : 50.49.66.20.

fermer

Afrique

Burundi Droits de l’homme France Justice médias

Burundi : les journalistes se mobilisent de nouveau pour la libération d'Hassan Ruvakuki

media Le journaliste burundais Hassan Ruvakuki est en prison depuis novembre 2011. Reuters

Les journalistes burundais ont prévu de manifester ce mardi 26 février 2013 à Bujumbura. Ils se mobilisent de nouveau pour réclamer la libération d'Hassan Ruvakuki. Le correspondant de RFI en swahili a vu sa peine à perpétuité pour des accusations de terrorisme ramenée à trois ans de prison. Les journalistes ont écrit directement au maire de la capitale pour l'avertir de cette manifestation, mais l'élu a interdit tout rassemblement. Le bras de fer entre les professionnels de l'information et les autorités burundaises semble bel et bien engagé.

Cette fois, chacun a annoncé d’avance la couleur. « Votre manifestation est illégale »,  écrit le maire de Bujumbura, Saïdi Juma, hier dans sa réponse aux principales organisations professionnelles des médias du Burundi. Et d’enfoncer le clou. Hassan Ruvakuki, dont la peine vient d’être ramenée à trois ans de prison, ne s’est pas pourvu en cassation comme ses co-prévenus, ce qui aux yeux du premier magistrat de la capitale burundaise signifie qu’il est « satisfait » par ce verdict.

Il appelle donc la police « à veiller au respect de l’ordre public », une injonction qui sonne sinistrement aux oreilles des journalistes burundais, déjà victimes d’une répression très dure il y a une semaine.

Mais la réponse des organisations des médias est tout aussi claire. Le président de l’Union burundaise des journalistes, Alexandre Niyungeko déclare : « Nous allons faire cette marche pacifiquement, peu importe que la police utilise les moyens qu’elle a utilisés la fois dernière. De toute façon, nous, notre force c’est une marche pacifique. On montrera à la face du monde que c’est la police qui est en train de violer les libertés des personnes ».

Tout cela se passe sous l’œil attentif de la communauté internationale. De passage à Bujumbura vendredi, le commissaire européen au développement, Andris Peibalgs, s’est dit « choqué» par cette violence policière et a mis en garde contre un nouveau déchaînement policier contre les journalistes aujourd’hui.

Site de RFI en Swahili

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.