Togo : Loïk Le Floch-Prigent libéré mais pas innocenté

Loïk Le Floch-Prigent après son audition au tribunal de Lomé, en septembre 2012.
© REUTERS/Noel Kokou Tadegnon

L’ancien patron de la compagnie pétrolière française Elf, Loïk Le Floch-Prigent, est de retour à Paris ce mercredi 27 février, détenu depuis septembre 2012 au Togo où il était inculpé de complicité et d’escroquerie. Le procureur de la République togolaise a accepté mardi soir sa libération provisoire pour raisons de santé mais il reste toutefois à la disposition de la justice togolaise.

C’est un soulagement pour sa famille qui demandait son rapatriement depuis des mois. Loïk Le Floch-Prigent est arrivé tôt ce mercredi matin à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Tout est allé très vite. En fait, sa mise en liberté provisoire a été annoncée par le parquet de Lomé mardi soir et il a pris l’avion dans la foulée.

Il s’agit donc d’une libération pour des raisons de santé. Selon ses proches et des médecins, Loïk Le Floch-Prigent, qui a 69 ans, souffre d’une forme de cancer de la peau à la jambe. Il doit donc être suivi pour éviter le développement d’un cancer généralisé et il y avait donc urgence à le rapatrier en France.

Fin janvier, les autorités togolaises avaient déclaré qu’elles ne s’opposeraient pas à un rapatriement sanitaire si la justice le décidait. C’est donc chose faite. Mais cela a semble-t-il pris un petit peu plus de temps que prévu. D’après plusieurs sources, le communiqué du Parti socialiste français intitulé « Démocratie bafouée au Togo » aurait retardé cette libération provisoire.

Pas quitte pour autant avec la justice togolaise

Le procureur de la République du Togo l’a bien précisé mardi soir, Loïk Le Floch-Prigent reste à la disposition de la justice togolaise. Il reste poursuivi pour complicité d’escroquerie après une plainte de l’homme d’affaires émirati Abbas El Youssef. Une affaire qui porte sur 36 millions d’euros.

C’est une affaire très complexe. Pour résumer en quelques mots : Abbas El Youssef affirme qu’un réseau lui a fait croire qu’il détenait la fortune colossale de l’ancien président ivoirien Robert Gueï, et cela dans le but de lui soutirer de l’argent. Toujours selon Abbas El Youssef, Loïk Le Floch-Prigent serait le « chef d’orchestre » de cette manœuvre. L’intéressé a toujours nié toute malversation. Pour sa défense, son rapatriement est une première victoire, mais la bataille n’est pas terminée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.