L’armée malienne punira les coupables d’exactions


©

L'armée malienne entend punir les militaires qui seraient accusés d'exactions contre des civils dans le nord du pays. C'est en tout cas ce qui ressort de la décision de l'état-major général des armées du Mali qui a fait revenir à Bamako cinq soldats, deux sous-officiers et trois caporaux de Tombouctou. Ils sont soupçonnés de « sévices barbares » sur des commerçants arabes.

Cinq militaires en poste à Tombouctou ont été interpellés ces derniers jours par la gendarmerie de prévôté. L’état-major général a ordonné leur renvoi à Bamako pour être entendus. Ils sont soupçonnés d'être liés à la disparition de cinq commerçants arabes de Tombouctou.

« Ces militaires auraient commis des actes barbares sur des citoyens, des commerçants arabes dont on n’a pas de nouvelles, affirme le capitaine Modibo Naman Traoré, officier des affaires publiques de défense et de sécurité des armées du Mali. C’est sur cette base qu’ils ont été interpellés par la gendarmerie ».

Ces cinq militaires encourent la radiation de l'armée et surtout un renvoi devant la justice malienne en cas d'actes criminels. L’armée malienne est bien décidée à être très ferme pour changer la réputation de ses troupes et éviter le pire. « C’est notre volonté, poursuit le capitaine Traoré. Nos soldats ont été sensibilisés et formés au droit des conflits armés et au droit humanitaire. L’état-major général a édicté des directives strictes et ordre est donné à nos troupes de ne pas faire acte de représailles. Il ne faut pas répondre à l’injustice par l’injustice ».

Les autorités maliennes ont également lancé des appels à la vigilance et au calme auprès des populations civiles pour éviter les règlements de compte entre communautés.