Djibouti: manifestations réprimées et membres de l'opposition arrêtés

Le président djiboutien Ismail Omar Guelleh en 2011.
© REUTERS/Stringer

La répression des manifestations de l'opposition à Djibouti a fait au moins dix morts. Les manifestants contestent la régularité des élections législatives du 22 février dernier, et protestent aussi contre les arrestations massives dans les rangs de l'opposition. 

La Fédération Internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) dénonce la violence de la police djiboutienne qui selon elle n'hésite pas à tirer à balles réelles sur les manifestants.

Tous les leaders de l'opposition ont à un moment ou à un autre été arrêtés, mis en résidence surveillée dans ces trois derniers jours.

Florent Geel
01-03-2013 - Par Olivier Rogez

Environ 300 personnes ont été arrêtées ces trois derniers jours, et sont détenues au secret. Seuls trois opposants ont été présentés à un juge. Il s'agit de trois figures de la coalition de l'opposition, l'USM. A Djibouti, Maitre Abdillahi Zacharia, le président de la Fédération djiboutienne des droits de l'homme qui assure par ailleurs leur défense, dénonce les conditions dans lesquelles ces trois responsables de l'opposition ont été présentés à un juge. Selon lui, la défense n'a pas eu accès aux prisonniers ni au dossier d'enquête préliminaire.

Ces personnes qui font l'objet d'arrestations ne disposent d'aucune possibilité de se faire assister par un avocat.

Abdillahi Zacharia
01-03-2013 - Par Olivier Rogez

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.