Republier
M23 RDC

RDC: le Nord-Kivu plongé dans la tourmente

Des rebelles du M23 à Kavumu, dans le Nord-Kivu, le 3 juin 2012.
© Photo AFP/ Mélanie Gouby

Des combats se déroulent en plusieurs points du Nord-Kivu, ce vendredi 1er mars, au lendemain de la prise de contrôle de la ville de Rusthuru par des milices. Des combats opposent également deux factions opposées du M23 dans la même zone. Dans le territoire de Masisi, au moins 50 personnes ont été tuées dans des combats opposant les forces congolaises aux miliciens de l'APCLS, une milice Maï-Maï.

Des combats ont éclaté dans plusieurs zones de la région, opposant les différentes parties en présence dans des combats meurtriers.

Des forces congolaises face à l'APCLS

Dans la région de collines du territoire de Masisi, des combats violents opposent depuis deux jours les forces congolaises à des miliciens Maï-Maï de l’APCLS, l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain.

Les affrontements dans la ville de Kitchanga ont dans un premier temps opposé les miliciens Maï-Maï de l'APCLS à des réfugiés, avant de tourner à l’affrontement direct entre l'APCLS et les forces de l'armée congolaise. Au moins 50 personnes ont été tuées dans ces combats, selon un bilan délivré par la Monusco. Des dizaines, voire des centaines d'autres ont été blessées. La Monusco poursuit les évacuations de blessés vers Goma.

Les habitants de Kitchanga, dont le centre ville a été incendié par les combattants, payent un très lourd tribut. Quasiment toutes les maisons du centre ville ont été détruites par les flammes, et 3500 personnes ont trouvé refuge dans la base de la Monusco.

Maï-Maï contre Maï-Maï

Dans le territoire de Rutshuru, ce sont des combats entre milices Maï-Maï opposées qui sèment la confusion. Dans la localité de Kiwanja, des affrontements entre miliciens auraient fait plusieurs morts. À Rutshuru des Maï-Maï et des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) ont investi la ville dans la soirée du jeudi 28 février et s'y trouvaient encore ce vendredi, en milieu de mi journée.

Factions opposées du M23

Ces groupes profitent du vide laissé par le mouvement rebelle M23 qui contrôlait jusque là les villes de Rutshuru et de Kiwanja, avant de quitter ces localités pour aller faire la guerre un peu plus loin vers le sud-est. Le M23 est lui aussi divisé entre les factions de Sultani Makenga et celle de la branche politique du mouvement, Jean-Marie Runiga, désavoué mercredi par ses anciens camarades.

Des combats entre ces deux faction ont eu lieu jeudi 28 février et se poursuivaient ce vendredi 1er mars, dans la matinée, dans la zone de Kibamba.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.