Egypte: John Kerry n’est pas parvenu à relancer le dialogue au Caire - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 11:33 TU Sessions d'information
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Sessions d'information
  4. 12:30 TU Journal
  5. 12:33 TU Sessions d'information
  6. 12:40 TU Grand reportage
  7. 13:00 TU Journal
  8. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 13:30 TU Journal
  10. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  11. 14:00 TU Journal
  12. 14:10 TU Autour de la question
  13. 14:30 TU Journal
  14. 14:33 TU Autour de la question
  15. 15:00 TU Journal
  16. 15:10 TU Radio foot internationale
  17. 15:30 TU Journal
  18. 15:33 TU Radio foot internationale
  19. 16:00 TU Journal
  20. 16:10 TU Sessions d'information
  21. 16:30 TU Journal
  22. 16:33 TU Sessions d'information
  23. 16:40 TU Accents d'Europe
  24. 17:00 TU Journal
  25. 17:10 TU Décryptage
  1. 11:33 TU Sessions d'information
  2. 12:00 TU Journal
  3. 12:10 TU Grand reportage
  4. 12:30 TU Sessions d'information
  5. 13:00 TU Journal
  6. 13:10 TU Sessions d'information
  7. 13:30 TU Journal
  8. 13:33 TU Danse des mots
  9. 14:00 TU Journal
  10. 14:10 TU Autour de la question
  11. 14:30 TU Journal
  12. 14:33 TU Autour de la question
  13. 15:00 TU Journal
  14. 15:10 TU Radio foot internationale
  15. 15:30 TU Journal
  16. 15:33 TU Radio foot internationale
  17. 16:00 TU Journal
  18. 16:10 TU Sessions d'information
  19. 16:30 TU Journal
  20. 16:33 TU Sessions d'information
  21. 16:40 TU Accents d'Europe
  22. 17:00 TU Journal
  23. 17:10 TU La bande passante
  24. 17:30 TU Journal
  25. 17:33 TU Sessions d'information
fermer

Moyen-Orient

Egypte Etats-Unis John Kerry Mohamed Morsi

Egypte: John Kerry n’est pas parvenu à relancer le dialogue au Caire

media John Kerry, secrétaire d'Etat américain, et Mohamed Morsi, président égyptien, lors de leur rencontre au Caire, ce dimanche 3 mars. REUTERS/Jacquelyn Martin/Pool

Le secrétaire d’Etat américain a quitté dimanche l’Egypte au terme d’une visite de deux jours. John Kerry a rencontré les principaux responsables égyptiens, mais aussi des opposants et des représentants d’ONG. Sa visite s’est déroulée alors que de violentes confrontations opposent forces de l’ordre et contestataires. Des contestataires qui ont retardé son départ, en bloquant la route de l’aéroport.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

John Kerry aura passé le plus clair de son temps à écouter. C’est ce qui était officiellement prévu, même si les Américains espéraient que la visite de Kerry puisse contribuer à lancer un dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

Le secrétaire d’Etat a bien appelé au « compromis », mais il n’a pas été entendu. Le président Morsi n’a pas accepté de faire de concession, et le Front du salut n’a pas accepté de participer aux législatives.

Pire, la visite de Kerry a provoqué une montée de l’expression de sentiments antiaméricains de la part des laïcs, qui accusent Washington de soutenir un régime semi-religieux, après avoir soutenu un régime semi-militaire.

La visite de Kerry a aussi été consacrée à s’assurer de la pérennité du traité de paix égypto-israélien et des efforts pour empêcher la contrebande d’armes vers Gaza. Kerry a d’ailleurs rendu hommage à l’intervention du président Morsi, qui a permis d’arrêter les tirs de missiles de Gaza vers Israël. John Kerry a enfin rencontré le ministre de la Défense, le général al-Sissi. L’homme à qui certains opposants demandent de renverser le pouvoir Frère musulman.

John Kerry a également annoncé lors de sa visite au Caire que les Etats-Unis vont accorder une aide de 250 millions de dollars à l'Egypte. « Il s'agit d'un effort sincère pour appuyer les réformes et aider le peuple égyptien dans ces moments difficiles », a-t-il déclaré.

Une première tranche de 190 millions de dollars sera débloquée rapidement, sur une enveloppe globale de 450 millions de dollars actuellement en discussion avec le Congrès, a précisé le secrétaire d’Etat américain. A ces 190 millions de dollars s’ajoutent 60 millions prévus dans le cadre d’un fonds à destination des entreprises.

Cette annonce s'inscrit dans la suite de la promesse de Barack Obama, en 2011, qui avait annoncé son intention de renégocier une partie de la dette d’un milliard de dollars de l’Egypte vis-à-vis des Etats-Unis.
RFI


 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.