Republier
Fespaco 2013

Fespaco 2013: Alain Gomis emporte l’Etalon d’or de Yennenga

Tey, «Aujourd’hui», par Alain Gomis a remporté l'Etalon d'or de cette 23e édition du Fespaco.
© Granit film

C’est un Alain Gomis «ému» et «fier» d’avoir remporté l’Etalon d’or pour le Sénégal à la 23e édition du Fespaco avec Tey  (Aujourd’hui), ce samedi 2 mars. Loué par un jury pour sa «grâce cinématographique», il a reçu le trophée des mains du président de Burkina-Faso, Blaise Compaoré. Le réalisateur sénégalais raconte le dernier jour de Satché, sans donner aux spectateurs la raison pour laquelle ce rayonnant jeune père de famille est dédié à la mort et, surtout, pourquoi il ne se révolte pas.

Visiblement ému, le bras tendu vers le ciel, sur fond de musique rock-chevaleresque et de feux d’artifices… C’est ainsi qu’Alain Gomis, 41 ans, a accueilli le prestigieux prix du plus grand festival panafricain cinématographique dans le stade du 4-Août, à Ouagadougou : « Je suis fait de morceaux : le Guinée-Bissau, la France, le Sénégal » a-t-il déclaré, soulignant que « la richesse du cinéma africain d’aujourd’hui, c’est sa diversité. »

Son compatriote et favori de la compétition, Moussa Touré, a du se contenter de l’Etalon de bronze pour sa brillante épopée La Pirogue.

L’Etalon d’argent a été attribué à Yema, brillamment raconté et interprété par Djamilia Sahraoui. La réalisatrice algérienne montre le combat d’une mère, déchirée par l’histoire de sa famille maudite. Elle évoque ainsi l’histoire douloureuse de l’Algérie des islamistes.

L’Etalon d’or de la meilleure actrice a été attribué à Mariam Ouédraogo, l’héroïne de Moi Zaphira. Apolline Traoré, l'une des trois réalisatrices en lice dans la compétition officielle, conte l’histoire d’une femme qui lutte pour réaliser ses rêves et traverse tous les heurts et malheurs de la société burkinabè.

Mariam Ouédraogo a reçu ce prix complètement inattendu avec des larmes et des cris de joie. Elle a déjà une idée de son prochain rêve: « Pourquoi pas Hollywood ? ».

L’incroyable beauté formelle de l’Etalon d’or Tey (Aujourd’hui)

L’Etalon d’or Tey (Aujourd’hui) démarre avec une beauté formelle incroyable. Deux yeux et une main posée sur le corps d’un défunt. Une séquence suffit pour créer l’univers du film. Les images respirent, nous soufflent la vie et la mort d’un autre. Un magnifique enterrement cinématographique, célébrant l’union avec la mort comme une fête de mariage. Tey d’Alain Gomis puise surtout sa force dans le jeu d’acteur incroyablement sensible et présent de Saul Williams, qui a reçu l’Etalon d’or pour la meilleure interprétation masculine.

Ce soir, Gomis a vécu sa dernière journée sans avoir eu l’Etalon d’or : « Je n’ai pas pensé à ça. Faire le film et aller jusqu’au bout, c’était déjà le plus beau cadeau », confesse-t-il au micro de RFI.

Une édition dominée par des histoires de la décolonisation

Ainsi s’achève, après huit jours et 101 films de 35 pays, la 23e édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou. C’était la première fois qu’un festival de cette ampleur réservait la présidence des jurys exclusivement à des femmes. Ce n'est pas pour rien que le combat des femmes contre certaines formes de traditions dépassées et de religions intégristes étaient aussi au coeur de beaucoup films. Sinon, cette édition du Fespaco a été largement dominée par des histoires de la décolonisation et des conséquences, souvent désastreuses, des luttes pour les indépendances.

Parmi les films absolument à retenir : Por aqui tudo bem de Pocas Pascoal, qui a reçu le prix de l’Union Européenne. La réalisatrice angolaise nous fait vivre avec une grande maîtrise l’épopée de deux jeunes sœurs angolaises fuyant la guerre civile d’Angola qui débarquent à Lisbonne en 1980.

Autre découverte : Les Enfants de Troumaron, une œuvre dotée d’une tonalité très originale qui a reçu l’Etalon d’or du premier film, attribué à Harrikrisna et Sharvan Anenden. Les réalisateurs mauriciens mettent en très belle lumière un portrait de quatre jeunes sans avenir à Troumaron, un quartier défavorisé de la ville de Port-Louis, capitale de l’île Maurice.

La Déclaration solennelle de Ouagadougou

Le Fespaco 2013 était également marquée par un virulent débat technique. Les statuts exigent que tous les longs métrages en lice pour l’Etalon d’or soient copiés sur un format 35mm. Un format qui coûte cher, voire très cher : de 15 000 à 35 000 euros, en Afrique souvent le coût d’un petit film. Du coup, quatre des vingt films en compétition étaient, dès le début du festival, de facto exclu du palmarès.

Et il restera la « Déclaration solennelle de Ouagadougou » qui donnait corps à cette notion très politique de cette 23e édition dédiée au Cinéma africain et politiques publiques en Afrique. Une ambition affichée, mais pas encore financée : bâtir une force de frappe pour le cinéma africain.

Accesseur Cinéma africain

Dossier spécial FESPACO 2013

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.