Côte d’Ivoire: un juge désigné en France pour instruire la plainte de Michel Gbagbo - Afrique - RFI

 

  1. 22:00 TU Sessions d'information
  2. 22:30 TU Sessions d'information
  3. 23:00 TU Journal
  4. 23:10 TU Accents d'Europe
  5. 23:30 TU Journal
  6. 23:33 TU Danse des mots
  7. 22:00 TU Sessions d'information
  8. 22:30 TU Sessions d'information
  9. 23:00 TU Journal
  10. 23:10 TU Ici l'Europe
  11. 23:30 TU Journal
  1. 22:00 TU Sessions d'information
  2. 22:30 TU Sessions d'information
  3. 23:00 TU Journal
  4. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  5. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique


Côte d’Ivoire: un juge désigné en France pour instruire la plainte de Michel Gbagbo

media

En France, un juge français a été chargé d'instruire la plainte pour enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants, déposée en juin 2012 par Michel Gbagbo - fils de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo - a annoncé lundi 4 mars son avocate, Maître Habiba Touré. Michel Gbagbo est détenu en Côte d’Ivoire depuis près de deux ans, en attente d’un jugement.

Michel Gbagbo, 43 ans, possède aussi la nationalité française. Il est le fils de Laurent Gbagbo et de la Française Jacqueline Chamois. Il avait été arrêté, avec son père et d’autres proches de la famille, le 11 avril 2011, à Abidjan, au moment de la chute de l’ancien chef de l’Etat ivoirien.

Le dépôt de plainte avec constitution de partie civile se rapporte à la période allant d’avril à août 2011 - date à laquelle Michel Gbagbo a été inculpé par la suite - et vise Guillaume Soro, actuel président de l’Assemblée nationale de Côte d’ivoire, ainsi que dix commandants de zone (Com’zones).

Jointe par RFI, Maître Habiba Touré explique que pendant cette période – d’avril à août 2011 - son client « n’a pas été inculpé ; n’était pas en garde à vue ; n’était pas assigné à résidence. Il n’y avait rien qui justifiait qu’il soit détenu et violenté durant toute cette période ».

En novembre 2011, Michel Gbagbo avait déjà déposé une plainte, simple, à Paris, mais le procureur de la République avait décidé de ne pas engager de poursuites. Quelques mois plus tard, c’est donc un dépôt de plainte pour « enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants » avec constitution de partie civile qui a entraîné la saisine d’un juge d’instruction.

Pour Maitre Habiba Touré, cette désignation d'un juge d'instruction en France est une première victoire.

C’est un signal extrêmement fort car, effectivement, si la justice ivoirienne ferme les yeux sur les violences et les exactions commises par un camp, la justice française n’entend pas le faire.
Maître Habiba Touré Avocate de Michel Gbagbo. 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter

Cela va faire bientôt deux ans que Michel Gbagbo est détenu et qu’il a été inculpé à l’issue d’une « détention arbitraire sans qu’il y ait de calendrier judiciaire », précise Maître Habiba Touré, avant d’ajouter qu’à l’heure actuelle, « Michel Gbagbo ne sait toujours pas véritablement ce qui lui est reproché et ne sait pas quand est-ce qu’il sera jugé ». Maître Touré explique pourquoi il était indispensable de saisir la justice française.

Ces personnes qui lui ont fait subir des mauvais traitements n’ont jamais été inquiétées par les autorités ivoiriennes.
Maître Habiba Touré Avocate de Michel Gbagbo. 11/10/2013 - par Sarah Tisseyre écouter

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.