Burundi: le journaliste Hassan Ruvakuki est libre - Afrique - RFI

 

  1. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU Dimanche politique
  4. 18:30 TU Journal
  5. 18:33 TU Sessions d'information
  6. 18:40 TU Littérature sans frontières
  7. 19:00 TU Journal
  8. 19:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  9. 19:30 TU Journal
  10. 19:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  11. 20:00 TU Journal
  12. 20:10 TU La marche du monde
  13. 20:30 TU Journal
  14. 20:33 TU La marche du monde
  15. 21:00 TU Journal
  16. 21:10 TU Mondial sports
  17. 21:30 TU Journal
  18. 21:33 TU Mondial sports
  19. 22:00 TU Journal
  20. 22:10 TU Le débat africain
  21. 22:30 TU Journal
  22. 22:40 TU Le débat africain
  23. 23:00 TU Journal
  24. 23:10 TU Internationales
  25. 23:30 TU Journal
  1. 17:33 TU Carrefour de l'Europe
  2. 18:00 TU Journal
  3. 18:10 TU GEOPOLITIQUE D 1
  4. 18:30 TU Journal
  5. 18:40 TU GEOPOLITIQUE D 2
  6. 19:00 TU Journal
  7. 19:10 TU Mémoire d'un continent
  8. 19:30 TU Journal
  9. 19:40 TU Littérature sans frontières
  10. 20:00 TU Journal
  11. 20:10 TU Dimanche politique
  12. 20:30 TU Journal
  13. 20:33 TU L'épopée des musiques noires
  14. 21:00 TU Journal
  15. 21:10 TU Mondial sports
  16. 21:30 TU Journal
  17. 21:33 TU Mondial sports
  18. 22:00 TU Journal
  19. 22:10 TU Le débat africain
  20. 22:30 TU Journal
  21. 22:40 TU Le débat africain
  22. 23:00 TU Journal
  23. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  24. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Burundi médias RFI

Burundi: le journaliste Hassan Ruvakuki est libre

media Hassan Ruvakuki. DR

Au Burundi, Hassan Ruvakuki est enfin libre. Le correspondant de Radio France Internationale en swahili, condamné à trois ans de détention pour association de malfaiteurs, est sorti de prison ce mercredi 6 mars 2013. Détenu depuis le 28 novembre 2011, d’abord condamné à la prison à vie pour « actes de terrorisme » en première instance, il avait vu sa peine réduite en appel en janvier 2013.

Hassan Ruvakuki est sorti en tout début d'après-midi de la prison de Murumvya, une localité à l'est de Bujumbura, où il croupissait depuis plus d’une année. Il est apparu souriant comme à son habitude, malgré les traits tirés par la fatigue.

Ses premières pensées ont été pour sa famille, pour sa petite fille de 14 mois qui est née alors qu’il était en prison. Cette autorisation de sortie a été rendue possible par la volonté des autorités burundaises et des organisations de journalistes de calmer le jeu après deux mois de bras de fer.

Je suis très heureux de retrouver ma famille et surtout ma petite fille d’un an et deux mois qui est née pendant que j’étais en prison.
Hassan Ruvakuki à sa sortie de prison 11/10/2013 - par Esdras Ndikumana écouter

Samedi, les organisations ont discuté avec des représentants de l'exécutif. Dans la foulée, les journalistes burundais ont renoncé à leur manifestation hebdomadaire du mardi. Sorti de prison, Hassan Ruvakuki espère que cela va se transformer rapidement en une libération définitive car, rappelle-t-il : « Je suis innocent. Je n’ai fait que mon travail ».

Nous allons continuer à demander à ce qu’il puisse avoir une liberté plus ou moins confirmée.
Me Fabien Segatwa Avocat de Hassan Ruvakuki 11/10/2013 - par Esdras Ndikumana écouter

Le correspondant burundais de RFI était détenu depuis plus d’un an et demi à Bujumbura. Il avait été arrêté en novembre 2011 après s'être rendu en Tanzanie pour couvrir la naissance d'un nouveau mouvement rebelle burundais. En première instance, il avait été condamné à perpétuité pour « acte de terrorisme ». Le 8 janvier 2013, sa peine avait été réduite à trois ans en appel après requalification des faits.

Le 26 février dernier, ses collègues journalistes étaient une nouvelle fois descendus dans la rue pour réclamer sa libération immédiate. Un combat qui a porté ses fruits.

Dans un communiqué, la direction de Radio France Internationale s'est félicitée de la décision de la justice burundaise.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.