Expulsions forcées dans l'Etat de Lagos, au Nigeria

Destructions d'habitations dans la ville de Badia, Etat de Lagos, au Nigeria
© Andrew W. Maki /Amnesty International

Au Nigeria, à Lagos, les autorités ont commencé à détruire un bidonville fin février sans proposer de solutions aux populations concernées. Une situation dénoncée par Amnesty International. Pour Yves Prigent responsable d'un programme de lutte contre la pauvreté au sein de l'organisation, le gouverneur de Lagos ne respecte pas les droits des expulsés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.