Mali : création officielle d'une «Commission dialogue et réconciliation»


©

Le conseil des ministres a annoncé officiellement le 6 mars à Bamako, la création d'une « Commission dialogue et réconciliation » qui était souhaitée par les partenaires étrangers du Mali. Cette CDR a pour mission « de rechercher, par le dialogue, la réconciliation entre toutes les communautés maliennes ».  

L’organe qui devrait permettre aux Maliens de tourner la page et de préparer le mieux vivre ensemble s’appellera « Commission dialogue et réconciliation », CDR. Il est créé auprès du président de la République qui désigne les membres de la CDR.

Il y aura au total, trente-trois membres dont un président, deux vice-présidents et trente commissaires. Tous seront choisis parmi les forces vives de la nation. Et l’on s’attend ici, à voir assis autour de la même table, les fils et les filles de toutes les régions du Mali. Ils seront chargés de recenser les forces politiques et sociales concernées par le processus de dialogue et de réconciliation.

Ils seront aussi chargés d’enregistrer les cas de violation des droits de l’homme commis sur tout le territoire national et ce, depuis le début des hostilités jusqu’à la reconquête totale du pays.

On le sait, les associations de défense des droits humains ont dénoncé, sur tout le territoire national, de graves violations des droits de l’homme. Les accusés sont tous les groupes armés dans le Nord et des porteurs de l’uniforme de l’armée régulière.