Explosions de Mpila: les avocats des suspects estiment impossible le procès - Afrique - RFI

 

  1. 21:33 TU Danse des mots
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Autour de la question
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Autour de la question
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  1. 21:33 TU Radio foot internationale
  2. 22:00 TU Sessions d'information
  3. 22:30 TU Sessions d'information
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Congo-Brazzaville

Explosions de Mpila: les avocats des suspects estiment impossible le procès

media

Au Congo-Brazzaville, les avocats de la défense réagissent rapidement suite à l’annonce faite par le gouvernement d’organiser fin avril le procès des inculpés dans l’affaire des explosions d’un dépôt de munitions de Mpila en mars 2012. Ils pensent que la procédure n'a pas été respectée et qu'organiser un procès est donc impossible.

Les avocats de la défense ont répondu au ministre congolais de la Communication Bienvenu Okiémy, qui a annoncé mardi 5 mars sur les antennes de RFI que le procès contre les inculpés dans l’affaire des explosions de 2012 interviendrait au plus tard fin avril.

Maître Amédée N'Ganga qui défend le colonel Marcel Ntsourou, ancien secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité, ne croit pas à ce procès : « Un procès, pour avoir lieu, explique -t-il, nécessite que vous ayez d’abord des inculpés qui ont un statut. Aujourd’hui le délai de six mois est largement passé et une chambre d’accusation s’est prononcée et a déclaré son incompétence. Donc, un procès paraît difficile aujourd’hui aussi longtemps d’ailleurs que la procédure n’a pas été respectée ».

De son côté, maître Edouard Nganga Mabodya pense aussi que ce procès n’est pas possible parce qu’il n’y a jamais eu de plainte avec constitution de parties civiles dans cette affaire. Quand à Charlotte Ntsourou, elle a dit dans quel état d’esprit se trouvait son mari une année après son arrestation : « Il a un moral d’acier. C’est un homme courageux. Il dit qu’il est l’otage de l’Etat, de la République en un mot, parce qu’il n’a rien fait ».

En attendant le procès, les inculpés restent cependant en prison.


 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.