Centrafrique: le prix de la crise


©

En République centrafricaine, alors que les rebelles de la Seleka ont pris en début de semaine le contrôle de la localité de Baganssou, et que leur cantonnement prévu par les accords de Libreville prend du retard, OCHA, le bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU, s'interesse de près aux conséquences de l'insécurité sur les civils.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.