Mali: poursuite des tensions entre la presse et le gouvernement après l’arrestation d'un journaliste - Afrique - RFI

 

  1. 16:10 TU Tous les cinémas du monde
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Tous les cinémas du monde
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU Sessions d'information
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU Sessions d'information
  8. 17:40 TU Afrique presse
  9. 18:00 TU Journal
  10. 18:10 TU Sessions d'information
  11. 18:30 TU Journal
  12. 18:33 TU Sessions d'information
  13. 18:40 TU Orient hebdo
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU Musiques du monde
  20. 20:30 TU Journal
  21. 20:33 TU Musiques du monde
  22. 21:00 TU Journal
  23. 21:10 TU Musiques du monde
  24. 21:30 TU Journal
  25. 21:33 TU Musiques du monde
  1. 16:10 TU Si loin si proche
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Si loin si proche
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  8. 18:00 TU Journal
  9. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  10. 18:30 TU Journal
  11. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Orient hebdo
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Le club RFI
  16. 22:00 TU Journal
  17. 22:10 TU Archives d'Afrique
  18. 22:30 TU Journal
  19. 22:40 TU Archives d'Afrique
  20. 23:00 TU Journal
  21. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  22. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Amadou Haya Sanogo Mali médias

Mali: poursuite des tensions entre la presse et le gouvernement après l’arrestation d'un journaliste

media

Plus de 95% de la presse et des radios privées ont suivi la journée « presse morte » pour réclamer la libération d'un journaliste arrêté. Boukary Daou a été arrêté pour avoir publié une lettre ouverte attribuée à un officier de l'armée au front, qui critique le capitaine Sanogo, chef de l'ex-junte. Pour le moment, pas de solution en vue. Le journaliste est toujours détenu à la sécurité d'Etat.

L'affaire se corse. Et pour le moment, chaque partie campe sur ses positions. Pour un responsable du ministère malien de la Justice, « le journaliste a été imprudent, et il faut crever l'abcès ». Un communiqué officiel va plus loin, et laisse clairement entendre que l'auteur désigné de la lettre ouverte n'existerait pas, et qu'en publiant celle-ci, il y avait une volonté de démobiliser les militaires maliens au front.

Du côté de l'association de presse du Mali, on affirme qu'on ne veut pas se laisser faire. La libération du journaliste Boukary Daou est la priorité des priorités. Et ce mardi, des radios confessionnelles qui n'avaient pas participé au début de la journée « presse morte », ont annoncé qu'elles fermeront portes et fenêtres.

Douze avocats mobilisés

Par ailleurs, les journalistes qui prennent la défense de leur confrère ont décidé de demander les services d'un pool d'avocats. Douze robes noires sont déjà mobilisées. Parmi elles, on compte des ténors du barreau malien.

Au Mali, pour soutenir un confrère arrêté, c’est quasiment la première fois que la presse prend deux décisions à la fois : d’une part organiser jusqu’à nouvel ordre des journées « presse morte », et, dans le même temps, refuser de couvrir les événements institutionnels jusqu’à nouvel ordre, même si, entretemps, le journaliste arrêté est libéré.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.