Republier
Justice Togo

Togo: inculpation de Jean-Pierre Fabre et d'Abass Kaboua

Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre.
© AFP / Emile Kouton

Depuis ce mardi 11 mars, le leader de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre, est officiellement inculpé. Il a passé la journée à la gendarmerie de Lomé ainsi qu'un autre membre du mouvement « Sauvons le Togo », Abass Kaboua. Deux perquisitions ont lieu ce mercredi : au siège de l'ANC, le parti de Jean Pierre Fabre, et à son domicile. Tout ceci dans le cadre de l'enquête sur les incendies qui ont détruit récemment les marchés de Kara et Lomé. Le gouvernement considère ces incendies comme des actes criminels.

Jean-Pierre Fabre et Abass Kaboua sont entrés à 8 heures mardi 11 mars, à la gendarmerie nationale pour en sortir que tard dans la soirée. Dans l’après-midi, le président de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, a été conduit au siège de son parti, puis à son domicile où des perquisitions ont été effectuées. A la tombée de la nuit, les deux hommes ont été conduits chez le juge, qui leur a signifié leur inculpation.

... nous ne sommes impliqués ni près ni de loin dans cette affaire là. Evidemment je suis indigné mais je suis serein : nous avons parlé au juge qui j'espère a le niveau pour comprendre les choses... dès le début nous avons compris qu'il s'agissait d'une opération destinée à décapiter la mobilisation populaire.

Jean-Pierre Fabre: «Je m'y attendais un peu !»
13-03-2013 - Par Ghislaine Dupont

Désormais, le leader de l’Alliance nationale pour le changement et le président du MRC, sont inculpés pour les faits d’incendie, sans mandat de dépôt.

Pour l’heure, les deux responsables du collectif « Sauvons le Togo » sont placés sous contrôle judiciaire. Leurs voyages hors de Lomé, du Togo, sont soumis à l’autorisation préalable du juge.

La convocation de ces deux responsables du collectif « Sauvons le Togo » a fait monter d’un cran la tension de la ville de Lomé, où au centre-ville, les sympathisants se sont amassés aux abords des rues adjacentes de la gendarmerie. Plusieurs fois dispersés à coups de gaz lacrymogène, ils sont revenus à la charge avec des cailloux.

A la tombée de la nuit, beaucoup étaient convaincus, comme d’ailleurs le vice-président de l’ANC, Patrick Lawson, que les autorités veulent décapiter la dynamique de l’opposition avant les élections.

Et pour cette enquête concernant les incendies des marchés, 27 personnes sont encore sous les verrous. Et les trois principaux animateurs du collectif « Sauvons le Togo », sont inculpés sans mandat de dépôt.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.