Madagascar : la CITES va réglementer le bois de rose pour freiner le trafic

Le bois de rose fait l'objet d'un juteux trafic.
© Wikimedia

Menacé, le bois précieux malgache va-t-il désormais être mieux protégé ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les associations de conservation de la nature après la décision de la CITES. La Conférence de la convention sur le commerce international des espèces de faune et flore menacées d’extinction s’est refermée le 13 mars, à Bangkok. Elle a décidé de mieux réglementer l’utilisation du palissandre, de l’ébène mais aussi et surtout du bois de rose malgache. Ce bois qui depuis le début de la transition en 2009 est l’objet d’un intense trafic.

Ce doit être une étape importante pour l’avenir du bois de rose. Car si à Madagascar ce bois précieux, très dur, au cœur rosé et légèrement parfumé est déjà réglementé, -sa coupe, son transport et son exportation sont interdits depuis 2010-, il reste surexploité.

Mais avec son inscription à l’annexe II de la CITES, il sera mieux surveillé, mieux protégé, assure Nanie Ratsifandrihamanana, directrice de la conservation au sein du WWF (World Wide Fund for Nature) :

« Ce qui va changer c’est que les pays importateurs sont maintenant censés appliquer un contrôle. Ce qui veut dire qu’un pays comme la Chine, ses autorités savent maintenant que ce sont des produits interdits à l’exportation et elles devraient participer donc au contrôle, à la saisie, au rapatriement des espèces. C’est un message très fort aux trafiquants ».

Car le bois de rose fait, en effet, l’objet d’un juteux trafic. Depuis le nord-est de la Grande Ile, des rondins sont régulièrement exportés illégalement en direction de la Chine, avide de ce bois qu’elle considère comme l’un des plus précieux au monde. Il est aussi l’un des plus chers.

La stricte réglementation prise il y a trois ans n’a pas découragé les trafiquants. Au contraire, selon les autorités malgaches, depuis, l’exportation du bois de rose s’est intensifiée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.