Au Cameroun, Laurent Fabius évoque le sort de la famille enlevée

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avec le président camerounais Paul Biya, lors d'un déplacement à Yaoundé le 15 mars 2013
© AFP PHOTO/STRINGER

Avant le Nigeria ce samedi 16 mars, Laurent Fabius était vendredi soir au Cameroun. Devant la communauté française de Yaoundé, le ministre des Affaires étrangères a affirmé que « tous les moyens étaient mobilisés » pour retrouver la famille de sept Français -dont quatre enfants âgés de cinq à douze ans- enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun, par des individus se réclamant du groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Le parterre de Français venus à la rencontre de Laurent Fabius n’a rien appris des démarches effectuées en vue de retrouver et de libérer les sept membres de la famille française enlevée au Cameroun. Le ministre français s’est contenté d’un message de soutien et de réconfort à toute la « famille France » du Cameroun : « Il faut être à la fois efficace, et l’une des conditions de cette efficacité, c’est la discrétion. Mais vraiment c’est notre souhait le plus cher d’arriver à retrouver nos compatriotes et amis, vite. »

Encore largement émus par le sort des sept personnes enlevées le 19 février dernier, les deux cent Français présents dont certains sont des amis des otages, ont indistinctement exprimé un seul vœu. « Toute l’attention est portée sur le sort de nos amis, témoigne ainsi l'un d'entre eux. Nous nous faisons beaucoup de soucis pour eux et nous espèrons qu’ils sont encore solides dans leur tête. »

« Tout se passe bien ici en dehors de cette triste affaire qui porte aussi préjudice au Cameroun malheureusement, précise cependant un autre ressortissant français ». Pour cette raison, celui-ci affirme d'ailleurs n'avoir « jamais pensé à quitter le Cameroun ». Tous témoignent de cet attachement au pays d’accueil, mais aussi d'une compassion émue pour les otages, dont ils espèrent une prompte libération.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.