Centrafrique: «François Bozizé s’est révélé incapable de sécuriser le territoire»

Le président centrafricain François Bozizé, le 8 janvier 2013 à Bangui.
© REUTERS/Luc Gnago

Ce dimanche 24 mars, les rebelles de la Seleka ont pris Bangui en quelques heures. Dans la soirée, Michel Djotodia, l’un des chefs du mouvement, s’est déclaré président de la République centrafricaine. Thierry Vircoulon, responsable pour l’Afrique centrale de l’International Crisis Group, basé à Nairobi, analyse les événements de ces derniers jours et explique comment la rébellion Seleka a pu progresser aussi vite. Pour lui, « la prise de Bangui est le point final de la logique d’affaiblissement du régime Bozizé ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.