Centrafrique: quels sont les groupes qui composent la Seleka? - Afrique - RFI

 

  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Accents d'Europe
  4. 23:30 TU Journal
  5. 23:33 TU Danse des mots
  6. 22:40 TU Archives d'Afrique
  7. 23:00 TU Journal
  8. 23:10 TU Si loin si proche
  9. 23:30 TU Journal
  1. 22:30 TU Sessions d'information
  2. 23:00 TU Journal
  3. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  4. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Les antennes de RFI consacreront à nouveau une édition spéciale à la situation au Burkina Faso samedi 1er novembre entre 6h TU et 8h TU.

fermer

Afrique

République centrafricaine Seleka

Centrafrique: quels sont les groupes qui composent la Seleka?

media

La coalition Seleka a pris le contrôle de Bangui, ce dimanche 24 mars, et Michel Djotodia, l’un de ses chefs, a déclaré être le nouveau président de la République centrafricaine. Cette coalition rebelle, encore inconnue il y a quelques mois, est composée de plusieurs mouvements distincts qui affirment réclamer la pleine application des accords de paix de 2007.

C'est en août 2012 que la Seleka, qui signifie « alliance » en sango, la langue usuelle en Centrafrique, voit le jour. Cette coalition regroupe des mouvements politico-militaires venus d'horizons différents, certains sont connus, d'autre moins.

Parmi eux, on compte :

L'UFDR, l'union des Forces démocratiques pour le rassemblement, de Michel Djotodia, qui a annoncé ce dimanche être le nouveau président de la République centrafricaine.

La CPJP, la Convention des patriotes pour la justice et la paix.

La CPSK, la Convention démocratique du salut du Kodro.

Ces trois rébellions, qui opéraient dans le nord du pays, ont signé une déclaration commune, mi-décembre dernier.

Revendication affichée : le respect des accords de 2007

Au départ, elle revendique notamment le respect des accords de paix de 2007 signés avec les autorités. Des accords qui prévoient la réinsertion et l'indemnisation des combattants. Suit alors une première offensive éclair, marquée par la faible résistance des forces armées centrafricaines.

Une médiation de la Communauté des Etats d'Afrique centrale aboutit finalement au cessez-le-feu, avec la signature des accords de Libreville le 11 janvier dernier.

Mais, selon la Seleka, ces accords n'ont pas été appliqués. Un gouvernement d'union nationale a bien été formé, mais les rebelles réclament la libération des prisonniers politiques, le départ des troupes sud-africaines ou encore la levée des barrages. Il y a une semaine, ils ont lancé un ultimatum aux autorités. Il ne leur a fallu que quelques jours pour mettre leurs menaces à exécution.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.