RDC: Bosco Ntaganda, écroué à La Haye, comparaît devant la CPI

Première audience de Bosco Ntaganda devant la CPI, La Haye, le 26 mars 2013.
© Reuters

Bosco Ntaganda devrait être présenté pour la première fois à ses juges ce mardi 26 mars à La Haye. Le chef de guerre congolais est au centre de détention de la Cour pénale internationale depuis vendredi dernier. Il s'était réfugié il y a huit jours à l'ambassade des Etats-Unis à Kigali et il avait demandé son transfert à la CPI La Cour qui le recherchait depuis 7 ans pour des crimes commis au Congo

Cette première audience, c'est ce qu'on appelle l'audience de première comparution. C'est une pure formalité puisqu'elle sert à vérifier l'identité de Bosco Ntaganda, lui présenter les charges qui pèsent contre lui mais aussi l'informer de ses droits.

Il faudra attendre encore plusieurs mois pour confirmer la tenue d'un procès et une autre audience, celle de la confirmation des charges. Quelles sont-elles?

Bosco Ntaganda est sous le coup de deux mandats d'arrêt. Tous deux portent sur des crimes commis en Ituri, une région de la province orientale entre juillet 2002 et la fin de l'année 2003. Rien à voir donc avec les derniers événements au Nord-Kivu, son rôle au sein du M23 ou de la rébellion précédente, le CNDP.

En 2002-2003, Bosco Ntaganda était chef d'état-major adjoint de l'UPC, l'Union des patriotes congolais, la milice dirigée par Thomas Lubang. C'est d'ailleurs ce lien hiérarchique que le bureau du procureur va devoir prouver.

Thomas Lubanga a été le premier condamné de l'histoire de la CPI. Condamné à 14 ans de prison pour enrolement d'enfants soldats et leur participation à des hostilités. C'est aussi ce qui figure sur le premier mandat d'arrêt émis contre Bosco Ntaganda en 2006.

Le second mandat lancé en 2012 ne fait qu'ajouter de nouveaux chefs d'accusation : meurtres, viols, pillages et esclavage sexuel, en ituri toujours. Ce sont tous ces chefs d'accusation que Bosco Ntaganda se verra signifier aujourd'hui.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.