Economie et démocratie pour le carré africain à Washington


©

C'est ensemble que Macky Sall, Ernest Koroma, Joyce Banda et José Maria Pereira Neves ont été reçus jeudi 28 mars 2013 dans l’après-midi par Barack Obama, le président américain, à la Maison Blanche. Les présidents sénégalais, sierra-léonais et malawite ainsi que le Premier ministre cap-verdien ont parlé économie, mais ont également témoigné des progrès de la démocratie dans leur pays.

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

« Ils illustrent les progrès observés en Afrique. » Voilà comment Barack Obama a expliqué le choix des quatre dirigeants africains reçus ce jeudi 28 mars 2013 à la Maison Blanche. Et de fait, les quatre chefs d’Etat et de gouvernement ont été confrontés à des défis politiques importants : la guerre civile en Sierra Leone, la crise des institutions au Malawi, les troubles politiques au Sénégal, et la faible croissance au Cap-Vert.

Les quatre dirigeants reçus ensemble

Selon la Maison Blanche, les discussions ont essentiellement porté sur la constitution de nouveaux gouvernements démocratiques et sur la transparence politique. « Aucun continent n’a un potentiel aussi important et un avantage aussi grand que l’Afrique », déclare Barack Obama, dans un communiqué publié après la rencontre.

Cheikh Tidiane Dieye: «Je trouve cette démarche infantilisante»
11-10-2013 - Par Sarah Tisseyre

Il n’en reste pas moins que les quatre dirigeants ont été reçus ensemble, comme cela avait été le cas en juillet 2011 pour les présidents ivoirien, guinéen, béninois et nigérien.

Mais à l’issue de l’entretien, Macky Sall ne voyait aucun reproche à faire au président américain. « L’Afrique n’est pas forcément au centre des préoccupations des dirigeants du monde », reconnaît le président sénégalais.